Starcasino 03-05-2017: Beslissing tot wijziging/stopzetting

Adverteerder / Annonceur: STARCASINO

Product-Dienst / Produit-Service: Kansspelen online / Jeux de hasard en ligne

Media / Média: Affichage

 

Beschrijving van de reclame / Description de la publicité

L’affiche contient en haut à gauche le logo de Starcasino.be et à côté, une image d’une femme en bikini (Pommeline), avec la mention « Joueuse ».
En dessous de l’affiche, le texte “Jeux –Sports”.

//////////

De affiche bevat bovenaan links het logo van Starcasino.be. Daarbij een afbeelding van een vrouw in bikini (Pommeline), met vermelding van “Speler” of “Winnaar”.
Onderaan de affiche de tekst “Games –Sports”.

Klacht(en) / Plainte(s)

1) Le plaignant se réfère à l’affiche avec un homme torse nu super musclé assorti du mot "Joueur" et à celle qui a suivi avec l'équivalent féminin et donc au retour en puissance de la femme-objet (de désir).
Il continue en soulignant les ravages de la marchandisation du corps de la femme et le rôle joué par la publicité. En effet, les images publicitaires font partie de notre environnement et comme tout élément qui nous entoure, elles nous imprègnent et définissent nos systèmes de valeurs. Représenter la femme comme un objet marchand est néfaste et réducteur. Cette représentation participe au continuum des violences faites aux femmes et crée de l'insécurité. Parmi les trop nombreuses conséquences négatives : des jeunes filles et des femmes qui se voient sans arrêt confrontées à cette norme oppressante et à cette perfection inatteignable, engendrant notamment des troubles au niveau de l'estime de soi ; ces mêmes jeunes filles et femmes qui sont en outre de plus en plus poussées à vouloir reproduire cette hypersexualisation pour se sentir valorisées ; ces garçons et ces jeunes hommes qui se construisent une image de la femme basée sur des stéréotypes sexistes et réducteurs ; ces hommes qui se sentent dans leur bon droit de harceler les femmes en rue et de les agresser car ils les considèrent à leur disposition, etc.
Selon le plaignant, cette publicité porte clairement atteinte à la dignité humaine de la femme. Il n'y a ici aucun rapport entre le modèle en bikini et le produit vanté, si ce n'est le slogan qui l'accompagne, à savoir « Joueuse ».

4) Le plaignant est outré par cette publicité qui n’a pas sa place, surtout dans les gares aux yeux des enfants. Selon lui, il s’agit de sexisme pur et dur.

5) Le plaignant trouve cette publicité dénigrante car elle sexualise une femme et utilise son corps pour la comparer avec un trophée (donc un objet).

6) Le plaignant se questionne sur la pertinence de cette publicité en face de la sortie d’une école et aux abords d'une plaine de jeu.

//////////

2) De klager hekelt deze volgens hem seksueel getinte reclame voor online gokken.

3) Volgens de klager is deze reclame een toonbeeld van seksuele objectificatie en de vrouw als lustobject beschouwen. Er is geen enkele reden waarom deze vrouw op zo'n manier op deze affiche moet staan om gokken te promoten.

Beslissing Jury in eerste aanleg: Beslissing tot wijziging/stopzetting
Décision Jury de première instance: Décision de modification/arrêt

De Jury voor Ethische Praktijken inzake reclame (JEP) in eerste aanleg heeft de volgende beslissing genomen in dit dossier.

De Jury heeft vastgesteld dat de affiche een vrouw toont (met name Pommeline Tillière), met de tekst “Speler” of “Winnaar” (“Joueuse” in het Frans). Ze draagt enkel een bikini en staat in een positie die haar boezem benadrukt.

De Jury is van mening dat dit beeld van de vrouw in een houding als verleidster, in combinatie met de term “Joueuse”, duidelijk een seksuele toespeling bevat, bovenop de verwijzing naar de rol die door de vrouw in kwestie gespeeld werd in de realityshow “Temptation Island”, en aldus in casu vrouwen herleidt tot een lustobject.

De Jury is eveneens van mening dat de gebruikte afbeelding geen verband vertoont met de diensten van de adverteerder en dat een negatieve beeldvorming van de vrouw als lustobject ingezet wordt voor commerciële doeleinden.

De Jury is derhalve van oordeel dat het beeld van de vrouw dat verspreid wordt door de reclame denigrerend is voor de vrouw en haar menselijke waardigheid aantast.

Gelet op het voorgaande en op basis van artikels 4, alinea 1 en 12 van de Code van de Internationale Kamer van Koophandel en punt 3 van de JEP Regels inzake de afbeelding van de mens, heeft de Jury de adverteerder derhalve verzocht om de reclame te wijzigen, en bij gebreke daaraan de reclame niet meer te verspreiden.

Gelieve er nota van te nemen dat deze beslissing pas definitief wordt na het verstrijken van de termijn voor het instellen van hoger beroep.

//////////

Le Jury d’Ethique Publicitaire (JEP) de première instance a pris la décision suivante dans ce dossier.

Le Jury a constaté que l’affiche montre une femme (Pommeline Tillière en l’occurrence), avec le texte « Joueuse » (« Speler » ou « Winnaar » en néerlandais). Elle ne porte qu’un bikini et se tient dans une position qui accentue sa poitrine.

Le Jury est d’avis que cette image de la femme dans une attitude de séductrice, en combinaison avec le terme « Joueuse », contient clairement une allusion sexuelle, en sus de la référence au rôle joué par la femme en question dans le reality show « Temptation Island », et réduit ainsi dans ce cas-ci les femmes à un objet de désir.

Le Jury est également d’avis que le visuel utilisé ne présente pas de lien avec les services de l’annonceur et qu’une image négative de la femme objet de désir est utilisée à des fins commerciales.

Le Jury a dès lors estimé que l’image de la femme transmise par la publicité est dénigrante pour la femme et porte atteinte à sa dignité humaine.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des articles 4, alinéa 1 et 12 du code de la Chambre de Commerce Internationale et du point 3 des Règles du JEP en matière de représentation de la personne, le Jury a dès lors demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut de ne plus la diffuser.

Veuillez noter que cette décision ne devient définitive qu’après l’expiration du délai d’appel.