Partenamut 13-03-2019: Advies van voorbehoud

Adverteerder / Annonceur: PARTENAMUT

Product-Dienst / Produit-Service: Application Partenamut Vitalité

Media / Média: Radio

 

Beschrijving van de reclame / Description de la publicité

Spot 1 :
Homme : « Il était une fois Juliette Kisarrette qui avait des difficultés à tenir ses bonnes résolutions. A peine s’était-elle mise à faire du sport et manger sainement qu’elle le faisait déjà en soufflant. Lassée de ne pouvoir tenir ses résolutions, Juliette rêvait de plus de motivation pour continuer à souffler, mais plutôt sur un tapis de course. »
VO : « 57% des Belges abandonnent déjà leurs bonnes résolutions dans le mois. Vous aussi ? Alors boostez votre motivation ! Rejoignez Partenamut et téléchargez l’App Vitalité sur partenamut.be. Partenamut, on vous simplifie la santé. »

Spot 2 :
Homme : « Il était une fois Cathy Quartdetour qui avait toujours les nerfs à fleur de peau. Elle claquait tout : la porte d’entrée, le coffre de sa voiture, les talons dans le couloir du bureau. Cathy rêvait qu’on l’aide à éviter le burn-out et à claquer définitivement la porte à son stress. »
VO : « Plus de la moitié des travailleurs en Belgique déclarent être sous pression. Vous aussi ? Alors apprenez à mieux gérer votre stress. Rejoignez Partenamut et participez au programme Partenamut Vitalité sur partenamut.be. Partenamut, on vous simplifie la santé. »

Spot 3 :
Homme : « Il était une fois Valentine Vavite qui faute de temps utilisait le micro-ondes trop souvent. Un plat préparé, une lasagne surgelée. A force d’en abuser, Valentine voyait ses enfants s’installer dans de mauvaises habitudes. Mais découvrit finalement que manger sainement ne prenait pas plus de temps. »
VO : « En Belgique, près de 20% des enfants sont en surpoids. Le vôtre aussi ? Apprenez-lui à bien manger. Rejoignez Partenamut et participez au programme Partenamut Vitalité sur partenamut.be. Partenamut, on vous simplifie la santé. »

Klacht(en) / Plainte(s)

La plaignante s’est référée à la campagne radio qui mentionne que Cathy va trop vite, que Juliette ne fait pas bien autre chose et qu’une troisième femme donne le mauvais exemple à ses enfants, et remarque que seules les femmes sont ciblées et culpabilisées dans ces 3 spots radio. Selon elle, il s’agit de sexisme.

Beslissing Jury in eerste aanleg: Advies van voorbehoud
Décision Jury de première instance: Avis de réserve

Le Jury d’Ethique Publicitaire (JEP) de première instance a pris la décision suivante dans ce dossier.

Le Jury a pris connaissance des trois spots radio et de la plainte qui les concerne.

Suite à la réponse de l’annonceur, il a bien noté que celui-ci a voulu communiquer avec humour des messages positifs sur des femmes se prenant en main et qu’il n’avait nullement l’intention de cibler ou de culpabiliser les femmes.

Selon le Jury, ces spots radio ne sont pas de nature à être considérés par le consommateur moyen comme sexistes.

Il est également d’avis que la campagne publicitaire en question n’est pas de nature à dénigrer ou à culpabiliser une certaine catégorie de personnes.

Il est par contre d’avis que c’est davantage le choix de l’annonceur, pour les trois spots radio de la campagne, de mettre en scène uniquement des femmes dans des situations à connotation négative (burn-out, mauvaises habitudes alimentaires et difficulté à tenir ses résolutions), qui pose question et que celui-ci a manqué une opportunité d’évoquer également des hommes, d’autant plus qu’il a communiqué vouloir viser tous les publics avec sa campagne.

Le Jury est dès lors d’avis que la campagne radio concernée est susceptible de provoquer des réactions négatives auprès d’une partie du public et a donc estimé devoir formuler un avis de réserve conformément à l’article 1 de son règlement et en appelle à la responsabilité de l’annonceur.

Un avis de réserve implique que l’annonceur est libre concernant la suite qu’il donne à cet avis.

Veuillez noter que cette décision ne devient définitive qu’après l’expiration du délai d’appel.