Hörmann 20-03-2019: Avis de réserve

Adverteerder / Annonceur: HÖRMANN

Product-Dienst / Produit-Service: Poorten en deuren / Portes

Media / Média: Radio

 

Beschrijving van de reclame / Description de la publicité

De radiospot gaat als volgt.
Men hoort een vrouw fluiten.
Tweede vrouw: “Oh, maar allé ma, wat doede gij nu?”
Vrouw 1: “Oh, da’s toch ne knappe man?”
Vrouw 2: “Ja, maar …”
Vrouw 1: “Op welk type valde gij dan?
Vrouw 2: “Ikke? Oh ja, pf, oh ja, voor mij moet ne man knap en euh succesvol zijn. Ik moet hem wel echt kunnen vertrouwen. Hij moet mij een veilig gevoel geven. Iemand waar da’k fier op kan zijn.”
Vrouw 1: “Oh, maar ik weet wat dat gij bedoelt. Gij bedoelt nen Hörmann.”
Vrouw 2: “Ja!”
VO: “Hörmann, de nummer één in poorten en deuren in Europa.”

//////////

Le spot radio se déroule comme suit.
On entend une femme siffler.
La deuxième femme : « Mais, qu’est-ce que tu fais ?! »
Femme 1 : « Quoi, tu le trouvais pas canon ce mec ? »
Femme 2 : « Euh … »
Femme 1 : « C’est quoi alors ton genre ? »
Femme 2 : « Pour moi, un homme doit être beau et avoir du succès et je dois vraiment pouvoir lui faire confiance. »
Femme 1 : « Mmh »
Femme 2 : « Et il doit me faire sentir en sécurité, quelqu’un sur qui on peut compter. Superman quoi ! »
Femme 1 : « Non mais ça c’est pas Superman, c’est Hörmann ! »
Femme 2 : « Mais … mais oui en fait. »
VO : « Hörmann, le numéro 1 en Europe en portes de garage et d’entrée. ».

Klacht(en) / Plainte(s)

Le plaignant a communiqué que cette publicité, qui ne prend pas du tout un tour humoristique, banalise de manière affligeante le harcèlement en rue. Selon lui, en présentant une femme sifflant un homme, on semble vouloir s'affranchir du problème omniprésent des actions désobligeantes envers les femmes dans l'espace public. Néanmoins, en mettant en scène des personnages considérant cette action comme normale, on la présente comme acceptable peu importe vers qui elle est dirigée et de qui elle vient.
Il attire particulièrement l'attention sur les mots de la première femme, surprise de la réaction de son amie, qui exprime clairement et sans équivoque l'idée que si une personne nous plaît en rue, il est absolument normal de la siffler. La deuxième femme ne remet absolument pas en cause le fond de la question.
Parallèlement à cela, l'image de l'homme "idéal", telle que fournie par la deuxième femme, est selon lui particulièrement dégradante et rétrograde pour la femme, tout en faisant la promotion d'une société patriarcale.

Beslissing Jury in eerste aanleg: Advies van voorbehoud
Décision Jury de première instance: Avis de réserve

De Jury voor Ethische Praktijken inzake reclame (JEP) in eerste aanleg heeft de volgende beslissing genomen in dit dossier.

De Jury heeft vastgesteld dat de radiospot twee vrouwen laat horen waarvan er een naar een man fluit en de andere haar type man beschrijft en dit in het kader van de promotie van garagepoorten en deuren.

Wat betreft het beeld van de man dat wordt opgeroepen en de reactie van de klager in dit verband, is de Jury van mening dat de reclame niet van aard is om denigrerend te zijn voor vrouwen.

Met betrekking tot het feit dat een vrouw naar een man fluit in de spot en de reactie van de klager hierop die van mening is dat deze handeling aldus gebanaliseerd wordt ongeacht naar wie ze gericht is, is de Jury van mening dat, in onderhavig geval, de reclame geen discrediterend beeld uitdraagt van de mens en evenmin de menselijke waardigheid aantast. Volgens haar werpt het feit dat de reclame aldus op een lichtvoetige wijze een storende gedraging in de publieke ruimte oproept desalniettemin vragen op, vooral in de huidige maatschappelijke context met betrekking tot straatintimidatie.

De Jury is derhalve van mening dat de betrokken radiospot negatieve reacties kan veroorzaken bij een deel van het publiek en heeft derhalve gemeend een advies van voorbehoud te moeten formuleren conform artikel 1 van haar reglement en doet een beroep op de verantwoordelijkheid van de adverteerder.

Een advies van voorbehoud impliceert dat de adverteerder vrij is op het vlak van het gevolg dat hij hieraan wenst te verlenen.

In dit verband heeft de Jury terdege nota genomen van het feit dat de adverteerder meegedeeld heeft dat hij deze reclamespot in de toekomst niet meer zal gebruiken.

Gelieve er nota van te nemen dat deze beslissing pas definitief wordt na het verstrijken van de termijn voor het instellen van hoger beroep.

//////////

Le Jury d’Ethique Publicitaire (JEP) de première instance a pris la décision suivante dans ce dossier.

Le Jury a constaté que le spot radio met en scène deux femmes dont l’une siffle un homme et l’autre évoque son genre d’homme et ce, dans le cadre de la promotion de portes de garage et d’entrée.

En ce qui concerne l’image de l’homme évoquée et la réaction du plaignant à cet égard, le Jury est d’avis que la publicité n’est pas de nature dénigrante pour les femmes.

Par rapport au fait qu’une femme siffle un homme dans le spot et à la réaction du plaignant qui considère qu’on banalise ainsi cette action peu importe vers qui elle est dirigée, le Jury est d’avis que, dans le cas présent, la publicité ne propage pas une image dévalorisante de la personne humaine et ne porte pas non plus atteinte à la dignité humaine. Selon lui, le fait que la publicité évoque ainsi de manière légère un comportement inconvenant dans l’espace publique pose néanmoins question, surtout dans le contexte social actuel relatif au harcèlement en rue. 

Le Jury est dès lors d’avis que le spot radio concerné est susceptible de provoquer des réactions négatives auprès d’une partie du public et a donc estimé devoir formuler un avis de réserve conformément à l’article 1 de son règlement et en appelle à la responsabilité de l’annonceur.

Un avis de réserve implique que l’annonceur est libre concernant la suite qu’il donne à cet avis.

A cet égard, le Jury a pris bonne note du fait que l’annonceur a communiqué qu’il n’utilisera plus ce spot publicitaire à l’avenir.

Veuillez noter que cette décision ne devient définitive qu’après l’expiration du délai d’appel.