Edgard & Cooper 09-06-2021: Pas de remarques

Adverteerder / Annonceur: EDGARD & COOPER

Product-Dienst / Produit-Service: Aliments pour animaux

Media / Média: Internet (Instagram)

 

Beschrijving van de reclame / Description de la publicité

Le post Instagram sponsorisé contient le texte suivant : « Chez Edgar & Cooper, nous en avions marre d’une nourriture pour animaux ultra-transformée. Votre chat mérite des repas sains & délicieux. ».

En dessous, une vidéo qui montre un chat et son écuelle où on verse des croquettes de la marque promue, et le texte :

« 60% viande ou poisson frais »

« herbes, baies & végétaux »

« Sans farine de viande »

« Sans os »

« Sans cochonneries »

« Votre chat ne pourra pas résister »

« Achetez maintenant ! ».

 

Klacht(en) / Plainte(s)

Selon la plaignante, il s’agit d’une utilisation abusive et trompeuse pour le consommateur du terme « viande ». Elle a communiqué qu’aucun aliment pour animaux ne contient de la viande (du muscle par définition) mais seulement des sous-produits animaux et que la publicité est donc mensongère.

 

Beslissing Jury in eerste aanleg:

Décision Jury de première instance:

De Jury voor Ethische Praktijken inzake reclame (JEP) in eerste aanleg heeft de volgende beslissing genomen in dit dossier.

De Jury heeft vastgesteld dat de reclame voor het diervoeder van de adverteerder onder andere de ingrediënten vermeldt, waaronder “60% viande”, term die volgens de klaagster misleidend zou zijn.

Ingevolge het antwoord van de adverteerder heeft de Jury kennisgenomen van de verschillende betrokken Europese reglementeringen en van de Code of Good Labelling Practice for Pet Food van FEDIAF.

Zij heeft tevens overeenkomstig haar Reglement het advies ingewonnen van experten met betrekking tot de kwestie van het gebruik van de term “viande” (“vlees”) in reclame voor diervoeder.

Rekening houdend met deze expertise, heeft de Jury er nota van genomen dat het zogenaamde separatorvlees dat de adverteerder beschrijft als ingrediënt van zijn product beschouwd wordt als skeletspier en “vlees” kan worden genoemd als het gaat om diervoeder.

Bij gebreke aan inbreuken op wettelijke of zelfdisciplinaire bepalingen, heeft de Jury derhalve gemeend geen opmerkingen te moeten formuleren op dit punt.

Gelieve er nota van te nemen dat deze beslissing pas definitief wordt na het verstrijken van de termijn voor het instellen van hoger beroep.

//////////

Le Jury d’Ethique Publicitaire (JEP) de première instance a pris la décision suivante dans ce dossier.

Le Jury a constaté que la publicité pour les aliments pour animaux de l’annonceur mentionne entre autres des ingrédients dont « 60% viande », terme qui serait mensonger selon la plaignante.

Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a pris connaissance des différentes réglementations européennes concernées et du Code of Good Labelling Practice for Pet Food de la FEDIAF.

Il a également sollicité l'avis d’experts, conformément à son Règlement, sur la question de l’utilisation du terme « viande » dans de la publicité pour des aliments pour animaux.

Compte tenu de cette expertise, le Jury a noté que ce qu’on appelle la viande séparée mécaniquement que l’annonceur décrit comme ingrédient de son produit est considérée comme des muscles squelettiques et peut être dénommée ‘viande’ quand il s’agit d’aliments pour animaux.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a dès lors estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Veuillez noter que cette décision ne devient définitive qu’après l’expiration du délai d’appel.