WKA BVBA - 21/03/2018

Annonceur: 
WKA BVBA
Produit/Service: 
Wijkopenautos.be
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mercredi, 21 mars 2018
Description de la publicité

Le spot TV montre de nombreuses petites photos de gens à côté de voitures. Ces photos forment une spirale qui tourne et le chiffre 700.000 apparaît à l’écran en grands caractères. À la fin du spot apparaissent le logo et l’adresse du site web de l’annonceur, avec en haut et en bas une bande de photos de gens à côté de voitures.
VO: “Wijkopenautos.be. Al meer dan 700.000 tevreden klanten. Wordt er nu ook een van. Bepaal de waarde van jouw auto gratis online en verkoop hem in een vestiging bij jou in de buurt. Wijkopenautos.be. Wordt ook een tevreden autoverkoper.”

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, l’allégation dans la publicité selon laquelle l’annonceur a 700.000 clients satisfaits est totalement incorrecte.
Se référant aux comptes annuels de l'annonceur, il mentionne qu'ils ont effectué des achats pour 114 millions d'euros. Même en supposant qu'ils n'ont acheté que des voitures au prix bas de 1000 euros chacune, cela donne selon lui 114.000 clients cette année-là. Étant donné qu'ils n'opèrent que depuis mars 2015, cela donne un maximum de 342.000 "clients satisfaits" (trois fois le dernier chiffre d'affaires). Selon le plaignant, ils considèrent toute personne qui a demandé un devis comme un client satisfait, ce qui est inexact.
Selon le plaignant, si l'annonceur veut faire de la publicité honnête en utilisant des chiffres, il ferait mieux de préciser : 700.000 estimations et 100.000 ventes ou quelque chose de semblable. Même si leur nombre de 700.000 concernait l’international, cela devrait être mentionné selon lui puisqu'en utilisant .be, ils revendiquent que ce nombre n'est réalisé qu’en Belgique.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que WKA a plus de 50 filiales au Benelux et achète des voitures aux particuliers et le revend à des commerçants via une plateforme en ligne. Le particulier peut recevoir une offre provisoire pour son véhicule via le site web.

Ensuite, il a communiqué que le plaignant renvoie à un compte annuel de WKA Belgique qui a été déposé en 2016. Outre le fait que ce compte annuel a été déposé il y a presque deux ans et que les résultats concernent entre autres 2015, WKA a connu une croissance considérable ces dernières années. Il a ouvert ces dernières années (2016, 2017, 2018) tant aux Pays-Bas qu’en Belgique plus de 10 nouvelles filiales. Les chiffres auxquels se réfère le plaignant, basés sur les chiffres de 2015, sont donc dépassés et non actualisés.
De plus, le plaignant fait une comparaison erronée selon l’annonceur. Selon le plaignant, l’allégation de WKA qu’il a 700.000 clients satisfaits n’est pas correcte. Il justifie ensuite ce point de vue en faisant référence au compte annuel de WKA Belgique. Le compte annuel contient une vue d’ensemble de la situation financière de WKA Belgique. Le compte annuel ne dit rien sur les clients ‘satisfaits’. En fait, il arrive souvent qu’un particulier fasse évaluer sa voiture dans une de ses filiales mais qu’ensuite il ne vende pas le véhicule. Néanmoins, le particulier peut être satisfait du service de WKA. En d’autres termes : le compte annuel ne peut pas être considéré comme preuve que WKA n’a pas 700.000 clients satisfaits. En effet, le compte annuel n’a aucun lien avec la satisfaction de la clientèle de WKA.
Enfin, WKA est entre temps actif au niveau international. Afin d’évaluer les résultats, les particuliers sont approchés après le service pour publier un compte-rendu sur les réseaux sociaux. L’approche des clients se fait activement dans chaque état membre. WKA est devenu un nom familier dans le secteur et est connu pour être actif au niveau international. Le reproche que cela doit être mentionné dans chaque message va donc trop loin pour l’annonceur.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot TV en question et de la plainte qui le concerne.

Il a notamment constaté que ce spot TV affirme que l’annonceur a déjà plus de 700.000 clients satisfaits et que le plaignant met en doute l’exactitude de cette allégation.

Le Jury a également pris note de la réponse de l’annonceur dans laquelle il indique entre autres que selon lui le renvoi par le plaignant au compte annuel déposé en 2016 et à l’aperçu de sa situation financière en Belgique ne peut pas être considéré comme preuve qu’il n’a pas 700.000 clients satisfaits et que le fait qu’il est actif au niveau international est bien connu.

Vu que cela ne démontre néanmoins toujours pas que l’annonceur a bien 700.000 clients satisfaits, le Jury a ensuite demandé à l’annonceur de prouver l’allégation factuelle susmentionnée relative au fait d’avoir déjà plus de 700.000 clients satisfaits.

À cet égard, le Jury a dû constater que, malgré plusieurs rappels, l’annonceur n’a pas communiqué la preuve demandée de l’allégation en question.

Il a dès lors estimé que l’annonceur, avec le spot TV en question, est en infraction avec l’article 8 du Code de la Chambre de Commerce Internationale (Code ICC), qui stipule que « toute description, assertion ou illustration relative à un fait vérifiable dans de la communication commerciale doit (pouvoir) être justifiée » et que « cette justification doit être disponible de telle sorte que la preuve puisse être apportée sans délai et sur simple demande des organismes d’autorégulation responsables de la mise en œuvre du Code ».

Compte tenu de ce qui précède et sur la base de la disposition susmentionnée, le Jury a demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut de ne plus la diffuser.

Suite

L’annonceur a confirmé qu’il respectera la décision du Jury et y a donné suite en réalisant un nouveau spot.