WILLEMS VERANDA’S - 23/01/2019

Annonceur: 
WILLEMS VERANDA’S
Produit/Service: 
Vérandas
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Immobilier
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 23 janvier 2019
Description de la publicité

Le billboard pour le sponsoring de programme par l’annonceur de la série fiction “Bloed, zweet en luxeproblemen” contient des images de l’extérieur d’une véranda et d’un couple dans une véranda, avec le logo de l’annonceur et le texte “met dank aan Willems tuinkamers & veranda’s”.
VO: “Van Sri Lanka naar Ghana… En dan snel terug naar je eigen Willems leefveranda”.

Motivation de la plainte

Le plaignant a été choqué en voyant un message publicitaire pour des vérandas de luxe après l'émission de “Bloed, zweet en luxeproblemen”. Le message oral lui a paru vraiment déplacé après un programme pour montrer la pauvreté dans le monde, dans lequel on entend des gens dire qu'ils n'ont rien et sont toujours dépendants des blancs et où les gens luttent pour leur survie.
Toute l'émission prend à la gorge et on reçoit immédiatement après un message dans lequel il est clairement indiqué que c'est quand même mieux dans sa propre véranda qu'au Sri Lanka et au Ghana. Selon lui, cela va tout à fait à l'encontre de toute éthique dans la publicité.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que son intention n’était nullement de choquer les téléspectateurs avec son message et il est d’avis que la plainte n’est pas fondée. Le but n’a jamais été d’utiliser une communication commerciale pour exprimer un jugement sur la situation au Sri Lanka, au Ghana ou dans tout autre pays.
Il a en particulier évoqué le fait que le concept de billboard pour le sponsoring de programme présuppose ou demande qu’il y ait un lien auditif avec l’émission diffusée après ou avant. Selon l’annonceur, le texte prononcé dans le spot n’est donc qu’une référence au concept et au format du programme lui-même. Après tout, les participants vont de leur chez-eux sécurisé en Belgique au Sri Lanka et au Ghana (ce fut le cas lors des deux premiers épisodes), puis retournent à l’« hôtel maman ». Le domicile de ces jeunes est confortable, comme indiqué sur le site internet de la chaîne elle-même : ils sont tous des enfants de Flamands célèbres et ont grandi dans une bulle de sécurité et ils ne s'inquiètent pas pour leur argent ou pour leur avenir. Tirer un parallèle entre le foyer confortable de ces jeunes et une véranda confortable ne lui semblait donc pas sans fondement. En ce sens, il estime donc que son message n'est pas contraire au concept du programme télévisé.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du billboard en question et de la plainte qui le concerne.

Il a noté qu’il s’agit de sponsoring de programme par l’annonceur de la série télévisée “Bloed, zweet en luxeproblemen”, où six jeunes, tous des enfants de Flamands célèbres, voyagent au Sri Lanka et au Ghana où ils expérimentent comment nos produits de luxe sont fabriqués.

Suite à la réponse de l’annonceur, il a également noté que celui-ci avait pour but de se référer au concept du programme lui-même en établissant un parallèle entre le domicile confortable de ces jeunes et son produit.

Bien qu’il exprime de la compréhension pour le point de vue du plaignant, le Jury est d’avis que le billboard se limite en effet à renvoyer d’abord au programma sponsorisé – comme c’est habituel pour le sponsoring de programme – pour mentionner ensuite le produit de l’annonceur, sans s’exprimer pour autant sur la problématique présentée dans ce programme ou lier un jugement de valeur au fait de pouvoir disposer du produit représenté.

Le Jury a dès lors estimé que le billboard en question n’est pas de nature à porter atteinte à la dignité humaine et ne témoigne pas non plus d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale au sens des article 1 et 4 du Code de la Chambre de Commerce Internationale (Code ICC).

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.