WEIGHT WATCHERS - 14/01/2020

Annonceur: 
WEIGHT WATCHERS
Produit/Service: 
Weight Watchers
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 14 janvier 2020
Description de la publicité

Le spot montre successivement des femmes qui cuisent entre autres une tarte, mangent des pâtes, font du fitness et vont au restaurant.  
VO: “Nieuw, mijn ww. Het afslankprogramma aangepast aan jouw levensstijl. Vertel ons wat je graag eet. Pasta bijvoorbeeld. Hoeveel je beweegt. Of je graag op restaurant gaat. En hoe jij je plan wil volgen zodat het perfect bij je past. Mijn WW, val makkelijker af op jouw manier. Start nu en ontvang tot 40% korting. WW, Weight Watchers heruitgevonden.”  

Motivation de la plainte

Le plaignant a souligné que le spot ne présente que des femmes qui doivent perdre du poids ; aucun homme n'y apparaît. Selon lui, ça ne va pas qu'une entreprise ne s'adresse qu'à un sexe et non à l'ensemble de la population, avec un produit qui peut également être acheté par les deux sexes. Selon le plaignant, c'est comme si les hommes n'existaient pas et n'étaient pas autorisés à perdre du poids avec l’annonceur : sa publicité s'adresse uniquement aux femmes, avec un produit qui n'est clairement pas lié aux femmes. 

Position de l'annonceur

/

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot TV en question et de la plainte qui le concerne. 

Il a constaté que le spot TV pour promouvoir le programme minceur de l'annonceur montre successivement des femmes qui cuisent entre autres une tarte, mangent des pâtes, font du fitness et vont au restaurant, et leur parlent des caractéristiques du programme via la voix off. 

Le Jury est d'avis que l'annonceur se limite ainsi dans ce spot à s'adresser à son groupe cible présumé, sans toutefois, sur la base du texte et des images utilisées, se prononcer immédiatement à l'égard des hommes qui souhaiteraient perdre du poids avec l'aide de son programme ou mettre en avant une certaine image idéale des hommes ou des femmes. 

Il est dès lors d'avis que la publicité n'est pas de nature à être comprise par le consommateur moyen dans le sens que lui donne le plaignant. 

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que la publicité en question n'est pas de nature à dénigrer ou à discriminer un groupe particulier de personnes et qu'elle ne contribue pas non plus à perpétuer des stéréotypes allant à l'encontre de l'évolution de la société. 

Le Jury a dès lors estimé que la publicité ne contrevient pas aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne et ne témoigne pas non plus d'un manque de juste sens de la responsabilité sociale de la part de l'annonceur sur ces points. 

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.