VIVALDIS INTERIM - 29/09/2020

Annonceur: 
VIVALDIS INTERIM
Produit/Service: 
Intérim
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Emploi
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 29 septembre 2020
Description de la publicité

Le post Facebook contient un cartoon avec le titre “Zoek de verschillen…”.
A gauche, un dessin dans les tons gris d’un violoniste qui émet un son “kriep kriep” et sur qui la salle jette une scie, une bombe et un crane, avec les cris “Awoe!”, “Boe!” et “Pfff…”, avec à côté le texte “Belofte na belofte na belofte na belofte…” et en dessous “De Vivaldi Coalitie” avec des cases rouge, orange, bleue et verte.
A droite, un dessin en couleurs d’un violoniste qui émet des notes de musique et à qui la salle envoie des roses, avec les cris “Bravo!”, “Wow!”, “Yes!” et “Bis”, avec à côté l’image d’une coupe et le texte “Job Job Job Job” et en dessous, le logo de l’annonceur “Vivaldis Interim”.

Motivation de la plainte

Le plaignant a déclaré que le bureau d'intérim se présente ici de manière favorable par rapport à un gouvernement jusqu'ici hypothétique qui est cependant déjà jugé négativement. Il est d'avis qu'une entreprise dont l'activité professionnelle n'est pas directement impliquée politiquement doit se comporter de manière éthique et en ce sens qu'elle ne doit pas mener une propagande politique ni favorable ni défavorable. Faire de la propagande antipolitique populiste ne lui paraît pas être la tâche d'un bureau d'intérim.

Position de l'annonceur

L'annonceur a communiqué que l'origine et la raison de cette publication sur Facebook se trouvent dans le nom utilisé par la politique dans le contexte de la formation actuelle du gouvernement et d'une éventuelle coalition qui, espérons-le, ne fait pas référence à son entreprise et aux activités professionnelles associées. Son message ne contient pas de propagande, ni spécifique ni vague. Tout comme Vivaldis Interim n'adopte pas de position stricte à l'égard de la formation d'un gouvernement, il pensait pouvoir espérer que le public touché verrait principalement dans la publicité l'humour dans le nom qui a d'abord été emprunté par la politique (et non l'inverse) - une forme d'humour qui n'est apparemment pas comprise ou appréciée de tous.
Cependant, pour éviter toute réaction supplémentaire et pour répondre à cette plainte, il a entretemps retiré son post car en plus du respect, la flexibilité est aussi une de ses valeurs et il aime traduire cela dans la pratique.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de la publication Facebook en question et de la plainte qui la concerne.

Il a constaté que l'annonceur réagit via un cartoon à l'actualité, en particulier aux négociations gouvernementales au sein d'une coalition dont la dénomination est liée au nom de l'annonceur.

Selon le Jury, la référence humoristique au nom de l'annonceur afin de mettre en valeur ses qualités est clairement le but de cette annonce, sans qu'elle ne constitue pour autant également une prise de position politique spécifique ou générale de la part de l'annonceur.

Il est donc d'avis que cette annonce ne sera pas interprétée par le consommateur moyen comme véhiculant une image négative de certains partis politiques ou de la politique en général dans un contexte réaliste.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que l'annonce ne témoigne pas d'un manque de juste sens de responsabilité sociale de la part de l'annonceur sur ce point.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ce point. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.