VAVABID - METRO - 18/09/2018

Annonceur: 
VAVABID - METRO
Produit/Service: 
Vavabid
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mardi, 18 septembre 2018
Description de la publicité

Le plaignant s’est référé à une page du site du média en question qui mentionne entre autres ce qui suit.
D’abord « Home > must read > 4 conseils pour faciliter la transition de la plage à votre bureau... » puis le titre « 4 conseils pour faciliter la transition de la plage à votre bureau ou aux bancs scolaires ». En dessous, « 24/08/2018 » et une photo de personnes autour d’un bureau avec en dessous la mention « Metro & Vavabid ».
Ensuite, le texte suivant :
« Les vacances d’été sont presque terminées et après une longue période sans souci, il n’est pas facile de retourner au travail. Que vous alliez étudier ou avoir un mois de septembre chargé au bureau, avec ces conseils, la transition sera un peu plus facile.
1. Remettez-vous un rythme de sommeil fixe
Pendant vos vacances, vous pouviez rester debout jusqu’au petit matin, mais quand votre réveil sonnera bientôt à sept heures, vous devrez à nouveau aller tôt au lit. Pour que votre corps s’y réhabitue, vous pouvez déjà vous exercer quelques jours avant le grand retour. Ainsi le 1er septembre vous auriez retrouvé votre ancien rythme. Les adultes ont besoin de huit heures de sommeil, donc si vous devez vous lever à sept heures pendant votre semaine de travail ou scolaire, il faudrait que vous alliez aller dormir à 11 heures du soir.
2. Gâtez-vous avec des gadgets technologiques
La première école ou journée de travail sera moins lourde avec un nouvel ordinateur portable, un smartphone ou d’autres gadgets technologiques. Que vous recherchiez un scooter électrique pour arriver plus rapidement en cours ou un casque Bluetooth pour la voiture, rendez-vous sur le site Vavabid (hyperlien) et vous trouvez ce que vous cherchez!
3. Cachez votre fatigue avec la gymnastique faciale
Vous n’êtes quand même pas bien réveillé le 1e septembre? Cachez vos cernes pour vos collègues ou vos camarades de classe avec une astuce simple: la gymnastique faciale. En faisant des grimaces ou en massant votre visage, vous amenez la circulation sanguine dans votre visage, rendant les signes de fatigue moins visibles. Bien sûr, cette gymnastique ne fait pas des merveilles, mais vous pouvez toujours recourir au maquillage. Avec un mascara et un crayon, vos yeux paraîtront plus grands et vous pouvez cacher vos cernes avec un correcteur. Fini le zombie look ! Sur Vavabid (hyperlien), vous trouverez des produits de soins pratiques qui vous préparerons pour le 1er septembre !
4. Prenez le temps de prendre le petit-déjeuner
Un petit-déjeuner sain est le repas le plus important de la journée et vous aide à vous réveiller. Prenez le temps de mâcher votre granola ou votre pomme. De cette façon, votre corps absorbe mieux les nutriments. Cette énergie supplémentaire vous sera certainement utile.
Le dimanche c’est le ‘Hammer Time’ sur Vavabid (hyperlien). Vous pouvez y enchérir sur les derniers gadgets, du robot de cuisine à l’iPhone !».
En dessous, une bannière avec à gauche une photo et le texte « 26 et 27 août – journées marteau » et à droite, le logo de Vavabid et le bouton « Regardez ».
En dessous, dans un cadre, « Tags » et à côté « Native ».

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, il s’agit d’une publicité déguisée pour Vavabid.

Position de l'annonceur

Le Jury a demandé une réponse à l'entreprise concernée et au média concerné.

L’annonceur a communiqué qu’il coopère avec divers éditeurs via le programme d’affiliation Tradetracker. Metrotime.be est un tel éditeur pour lequel il a mis à disposition du contenu sous forme de bannières (comme celle en dessous de l'article) et d'hyperliens vers le site VavaBid.be. Les éditeurs marquent préalablement leur accord sur les conditions de l'annonceur et de Tradetracker pour la promotion du contenu de ses plateformes. Ces conditions prévoient notamment que l'éditeur ne laissera aucun doute sur le fait que les produits et/ou services ne sont pas proposés par l'éditeur mais par l'annonceur. Après avoir accepté les conditions, l'éditeur est libre d'utiliser ces bannières et liens.
Il a également indiqué que l'article et la bannière étaient destinés à promouvoir une campagne Vavabid.

Le média a communiqué qu'il mentionnait clairement sur sa page d'accueil qu'il s'agissait d'un partenariat entre Metro et Vavabid (avec également un design distinct par rapport à l'éditorial pur). Le lien mène à un véritable article informatif, avec des liens clairement distincts vers le partenaire Vavabid. On n'arrive donc pas immédiatement sur une publicité.
Selon lui, la plainte cite principalement la bannière en dessous de l'article, ce qu'il trouve très étrange vu qu'on trouve rarement un site d'informations sans bannière commerciale sous/à côté des articles.
De l'avis du média, il n'est donc pas question d'une publicité cachée. Le lecteur n'arrive chez Vavabid qu'après un clic explicite.

Décision du Jury

Le Jury a noté que le plaignant s’est référé à un article paru sur le site internet du média concerné, avec le titre « 4 conseils pour faciliter la transition de la plage à votre bureau ou aux bancs scolaires » et s’est limité à examiner l’article en question.

Il a pris connaissance des réactions de l’annonceur et du média concerné qui se réfèrent tous deux à un partenariat où l’annonceur a mis des hyperliens vers son site internet et des bannières à la disposition du média qui a utilisé et intégré ce contenu dans le cadre d’une communication sur son site. Le Jury est dès lors d’avis qu’il s’agit bien de contenu publicitaire, plus précisément de native advertising.

Le Jury a examiné le dossier à la lumière de l’article 9 du Code de la Chambre de Commerce Internationale qui stipule que la communication commerciale doit pouvoir être nettement distinguée en tant que telle, quels que soient la forme et le support utilisés et que, lorsqu’une publicité est diffusée dans des médias qui comportent également des informations ou des articles rédactionnels, elle doit être présentée de telle sorte que son caractère publicitaire apparaisse instantanément.

Le Jury a noté la présence de la mention en petits caractères « Metro & Vavabid » en dessous de la photo ainsi que du cadre en dessous de l‘article avec « Tags » et à côté « Native » mais est d’avis que ces indications ne sont pas suffisamment claires et explicites pour que le consommateur moyen puisse identifier nettement et instantanément le contenu en question comme étant du contenu publicitaire par rapport au contenu rédactionnel présent sur le même site.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base de la disposition susmentionnée, le Jury a demandé à l’annonceur et au média de modifier la publicité en y ajoutant les mentions nécessaires pour que le caractère publicitaire de la communication commerciale en question apparaisse instantanément et à défaut, de ne plus la diffuser.

Le Jury rappelle que, conformément à l’article 23 du code ICC, l’annonceur assume la responsabilité générale de sa publicité, en ce compris le respect des règles relatives à l’identification de la publicité telles qu’énoncées entre autres à l’article 9 du code ICC, mais que ceci ne supprime pas la propre responsabilité de l’éditeur par rapport au respect des règles prescrites par le code.

Suite

Le média et l’annonceur ont confirmé qu’ils respectent la décision du Jury.