UNION ROYALE BELGE DES SOCIETES DE FOOTBALL - 12/10/1999

Annonceur: 
UNION ROYALE BELGE DES SOCIETES DE FOOTBALL
Produit/Service: 
Belgique-Finlande
Média: 
Quotidien
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Avis de réserve
Date de clôture: 
Mardi, 12 octobre 1999
Description de la publicité

L’annonce pour le match de football montre un diable tenant à la main la barre d’un jeu de kicker ayant l’apparence d’une brochette avec en alternance des légumes et des petits joueurs fixés à la barre.

Motivation de la plainte

L'annonce est considérée comme comportant des relents de racisme, pousse à la xénophobie et entretient un climat de violence que l'Union Belge de Football tente d'éradiquer des stades. Au moment où les racistes d'extrême droite inquiètent à nouveau le citoyen responsable, où l'Europe tente de se construire par delà des nationalismes et où le sport se présente comme l'un des ferments de la formation sociale des jeunes, l'annonce est inadéquate.
 

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir le caractère humoristique et caricatural de la mise en situation des adversaires de l'équipe belge et du diable. Refusant le reproche de véhiculer des intentions racistes et xénophobes, rappelant les efforts qu'il a déployés pour intégrer les jeunes étrangers, soulignant l'absence de faits d'hooliganisme lors des rencontres de l'équipe nationale et de plainte de la part des pays auxquels il est fait référence, l'annonceur a cependant décidé de renoncer à la seconde vague de la campagne. Il a précisé que l'image du tapis volant était empruntée aux contes des mille et une nuits et était sans lien avec la même représentation utilisée dans un fascicule d'une parti d'extrême droite dont il n'avait pas connaissance.

Décision du Jury

Confirmant ses avis et recommandations antérieurs à propos d'annonces semblables, le Jury a estimé que dans un contexte socioculturel donné qui reste fragile, il est peu opportun de recourir à des thèmes qui, au 1er degré ou par leurs connotations, sont susceptibles de susciter un climat ou de provoquer des réactions imprévisibles allant à l'encontre de l'objectif et d'une vision positive du sport. L'humour, la compétition ou la symbolique du 2e degré ne peuvent justifier le risque même limité de mettre en danger le respect des autres par la répétition de messages pouvant être perçus comme désobligeants ou agressifs vis-à-vis de pays étrangers et donc susceptibles d'engendrer des réactions conscientes ou non qu'il est inopportun de susciter. Le Jury a dès lors formulé un avis de réserves et a recommandé d'éviter à l'avenir tout thème susceptible de provoquer pareilles réactions.

Suite

L'annonceur a confirmé son intention de prêter une attention particulière à la formulation de ses prochaines campagnes, plus particulièrement celles illustrées par le diable.