TRIUMPH INTERNATIONAL - 15/09/2004

Annonceur: 
TRIUMPH INTERNATIONAL
Produit/Service: 
Sloggi
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Recommandation de suspension aux médias
Date de clôture: 
Mercredi, 15 septembre 2004
Description de la publicité

Sous le titre : « Les boucles de Sloggi », l'affiche montre un groupe de femmes aux longs cheveux sur des vélos de course, nues, vues de dos et portant uniquement un string ou un slip.

Motivation de la plainte

La publicité est choquante et porte atteinte à la dignité de la femme réduite à un objet.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que la représentation d'un groupe de femmes qui portent seulement un slip ou un string et sont à vélo dans la position de coureurs masculins :

- montre une situation qui n'est pas adaptée à la promotion de lingerie féminine et est difficilement conciliable ;
- peut provoquer des réactions péjoratives à l'égard de la femme par son caractère équivoque ;
- peut susciter des réactions négatives dommageables à la publicité.

Malgré le lien entre représentation du corps et lingerie, le Jury a considéré que pareille affiche visible par tous, notamment les enfants et les jeunes, n'est pas conforme à l'art. 4, al. 1 du code de la Chambre de Commerce Internationale qui proscrit la publicité portant atteinte à la personne humaine, en l'occurrence celle de la femme.
Il a dès lors recommandé à l'annonceur de ne plus utiliser cette affiche.

L'annonceur a fait valoir que ce visuel a déjà été affiché en 2002 et qu'il n'y avait pas eu de réactions. Il a souligné qu'il y a un lien direct entre l'image et le produit et qu'en plus il s'agit d'un « top topical » à l'occasion du Tour de France avec comme message aux femmes de faire du sport et de vivre en bonne santé. En ce qui concerne la position des coureurs, il a fait valoir qu'il n'y a pas de différence entre la position des femmes ou des hommes. Son produit concerne des slips et vu que les différences entre les modèles sont le mieux présentées par l'arrière, il a pris l'habitude de faire sa publicité de cette façon. Il a également souligné qu'il n'a pas l'intention d'humilier la femme, ni de provoquer des sentiments sexuels ou de heurter la dignité de la femme et qu'il est convaincu que ses publicités ne dépassent pas les limites actuelles en matière de décence et bon goût. En ce qui concerne l'argument « enfants et jeunes », il a réagi en confirmant que ses messages sont également adressés aux jeunes et qu'il ne portent pas atteinte à leur santé morale, d'autant plus que dans la vie quotidienne ils sont exposés à d'autres messages qui sont beaucoup plus fâcheux. Par ailleurs il a encore souligné que les femmes sont la cible primaire et qu'il est donc important pour lui de communiquer avec elles avec soin. Il a fait savoir qu'il ne pouvait pas donner une suite favorable à la recommandation du Jury.

Suite

Etant donné que l'annonceur a refusé de répondre favorablement à la recommandation du Jury, une recommandation de suspension a été adressée aux media, conformément l'art. 16 du règlement