TIHON - 04/07/2017

Annonceur: 
TIHON
Produit/Service: 
Bouchons d’oreille Blox
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Objets personnels et bijoux
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 4 juillet 2017
Description de la publicité

L’affiche avec le texte « J’aime les gros beats » contient l’image d’une femme qui ferme les yeux, avec un bouchon jaune dans l’oreille. En dessous, la mention « Vivez intensément le plaisir de la musique » et une boîte du produit en question.

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve qu’il s’agit d’une publicité sexiste et de mauvais goût dans un lieu public.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique “Plus d’info – Règlement du Jury”) qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que l’affiche avec le texte « J’aime les gros beats » contient l’image d’une femme qui ferme les yeux, avec un bouchon jaune dans l’oreille, ainsi que la mention « Vivez intensément le plaisir de la musique », et fait la promotion de bouchons d’oreille.

Le Jury est d’avis que cette publicité ne présente pas la femme de manière négative et que le consommateur moyen ne percevra pas la représentation de la femme comme sexiste, discriminatoire ou dénigrante à l’égard des femmes.

Selon le Jury, le double sens éventuel du texte « J’aime les gros beats » ne suffit pas à conclure que la publicité est sexiste.

Compte tenu du contexte social actuel, le Jury est également d’avis que la publicité ne contient pas d’éléments visuels ou textuels qui offenseraient la décence selon les normes couramment admises et qu’elle ne porte pas atteinte à la dignité humaine.

Le Jury a dès lors estimé que cette publicité n’est pas contraire aux règles du JEP en matière de représentation de la personne et ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.