TELENET - 09/03/2016

Annonceur: 
TELENET
Produit/Service: 
Internet
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 9 mars 2016
Description de la publicité

VO: “Het menselijk lichaam bestuderen, hoe ging dat vroeger ook alweer?”
Le spot montre comment un garçon regarde des images de femmes légèrement vêtues au cours des années: dans les années 80 dans un magazine chez le libraire, dans les années 90 sur un ordinateur lent, dans les années 2000 sur un ordinateur plus rapide et aujourd’hui via sa tablette avec l’internet sans fil.
VO: “Je ziet het: internet is serieus geëvolueerd. Zo kan je vandaag overal in en rond je huis supersnel surfen. En Telenet blijft elke dag werken om zijn strafste netwerk nog beter te maken. Telenet, vollenbak vooruit.”

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que l’histoire de la vitesse d’internet est illustrée en montrant la façon dont les mineurs cherchent des photos obscènes. Selon lui, on fait clairement référence à la recherche de porno sur internet par des mineurs. Il est d’avis que l’annonceur peut promouvoir les qualités de son produit d’une autre manière, sans la connotation sexuelle.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que le spot publicitaire, qui cadre dans l’action ‘Vollenbak Vooruit’, montre comment l’internet de Telenet a évolué très rapidement les dernières décennies. Une vidéo illustre de manière humoristique comme un adolescent regarde des images de belles femmes au cours des années. Très brièvement, on voit quelques photos de belles femmes en bikini.

Bien que l’annonceur regrette le point de vue du plaignant, il est d’avis que cette publicité ne viole aucune disposition légale ou autodisciplinaire.

De la plainte déposée, il comprend que le plaignant trouve le spot publicitaire indécent au sens de l’article 2 du code ICC. Il ne peut cependant pas être question d’une infraction aux ‘convenances selon les normes actuellement admises dans le pays et la culture concernés’.

L’annonceur renvoie également au Règles en matière de représentation de la personne et à la jurisprudence du JEP. Selon lui, aucune de ces règles n’est violée.

1) La tendance humoristique du spot publicitaire :
Dès la première image, il est clair que ce spot publicitaire doit être vu de manière humoristique. On se moque de l’adolescent gêné qui essaie sournoisement de regarder des photos de femmes légèrement vêtues.

Le titre ‘Het menselijk lichaam bestuderen, hoe ging dat vroeger ook alweer ?’ souligne aussi dès le début le côté humoristique du spot.

2) Nature des images :
Les images utilisées ne sont pas du tout ‘obscènes’ et certainement pas ‘pornographiques’ comme l’affirme le plaignant. Les images montrent brièvement certaines photos d’une femme en bikini. On ne met pas l’accent sur ces photos qui n’apparaissent que brièvement. Les images ne sont pas du tout obscènes, vulgaires ou indécentes. Il ne peut donc pas être question de connotation sexuelle. Les images ne sont pas non plus de nature à être insultantes, dénigrantes ou défavorables à la femme.

3) Comportement de l’adolescent :
Le spot publicitaire montre le phénomène reconnaissable d’un adolescent qui explore son environnement et cherche les limites.

Il est important de remarquer ici que l’adolescent gêné dans la publicité sait que ses recherches ne sont en général culturellement pas tolérées. Le libraire et les parents de l’adolescent montrent clairement qu’ils condamnent ce comportement.

Ce spot publicitaire utilise ce comportement reconnaissable comme exemple mais ne le promeut pas.

4) Lien entre le message de la publicité et les images montrées :
Ce spot publicitaire a pour but de montrer que l’internet de Telenet évolue très rapidement. Pour illustrer cela avec un exemple reconnaissable, il est montré comme l’adolescent moyen peut faire ses recherches plus facilement et plus rapidement au cours des années.

Il y a donc un lien clair entre le message que la publicité veut faire passer et les images utilisées.

5) Plan média :
Le spot publicitaire n’est pas diffusé sur des chaînes pour enfants. Il est programmé sur des chaînes commerciales qui attirent un public entre 18 et 65 ans.

De plus, le spot publicitaire n’est montré que durant la programmation pour les adultes sur les chaînes susmentionnées. Ce spot publicitaire ne vise donc certainement pas les jeunes.

En conclusion, il est clair pour l’annonceur que le spot publicitaire n’est en infraction avec aucune disposition légale ou autodisciplinaire. La publicité doit être examinée du point de vue du consommateur moyen et non du point de vue individuel du plaignant. Le consommateur va certainement comprendre le lien entre l’évolution de l’internet de Telenet et la recherche de l’adolescent sur internet au cours des années et reconnaître l’aspect humoristique du spot publicitaire. Il n’est pas du tout question de représentation indécente, obscène, dénigrante ou déshonorante.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot, au début duquel on entend ce qui suit: “Het menselijk lichaam bestuderen, hoe ging dat vroeger ook alweer?”, montre comment un garçon regarde des images de femmes légèrement vêtues au cours des années.

Le Jury est d’avis que le contexte du spot est clairement humoristique et que le comportement du garçon gêné, que sa mère et le libraire regardent avec reproche, n’est pas approuvé.

Compte tenu de cela, le Jury est également d’avis que le spot n’est pas de nature à inciter des enfants ou des jeunes à un tel comportement (sur internet) ou à choquer le spectateur moyen.

Compte tenu du contexte social actuel, le Jury a estimé que ce spot ne contient pas de représentations visuelles de nature à offenser la décence ou les convenances selon les normes couramment admises.

Le Jury a également estimé que le spot n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne et ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.