SUDPRESSE - 14/05/2018

Annonceur: 
SUDPRESSE
Produit/Service: 
Sudpresse
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Lundi, 14 mai 2018
Description de la publicité

La page du site de l’annonceur à laquelle se réfère la plaignante mentionne : « Abonnez-vous au journal de votre région et profitez d'une offre exceptionnelle ! A vous de choisir celle qui vous convient le mieux: (photo d’une Smart TV et photo d’un PC portable) ».
En dessous, le détail de l’abonnement au journal et ensuite la mention « Une offre d'abonnement à saisir maintenant à partir de seulement 37€(1)/mois » avec un bouton « J’en profite » et où le (1) renvoie à la mention suivante en bas de page : « (1)Contrat de 24mois pour un abonnement 6jours/semaine. Acompte de 109€ et 23x 37€ ».
En dessous, les détails de la TV et du PC et ensuite 4 cadres avec chaque fois un logo et les mentions respectives suivantes :
« Une économie de + de 500€(2) ! » où le (2) renvoie à la mention suivante en bas de page : « (2)Prix d'achat en librairie + valeur du cadeau »,
« Garantie de 2 ans prise en charge par MediaMarkt »,
« Un choix de cadeau de valeur » et
« Livraison gratuite et sécurisée à votre domicile ».
Tout en bas, un lien vers les conditions générales de vente et les conditions générales de rétractation.

En cliquant sur le bouton « J’en profite », on arrive sur une page avec un visuel sur fond rouge et bleu représentant la TV et le PC en question avec la mention « Recevez une smart TV 4K ou un PC portable en vous abonnant au journal de votre région » et où on lit entre autres : « Votre abonnement pendant 24 mois + une smart TV 4K ou un PC portable en cadeau. ».
A côté, le module pour choisir la formule d’abonnement avec un lien vers les conditions générales et la mention « Choisissez votre cadeau ».

Motivation de la plainte

La plaignante a communiqué que le site de l’annonceur présente la TV comme un cadeau mais qu’on remarque dans les petites lettres que la TV est facturée €109.
Selon elle, il s’agit d’une communication malhonnête.

Position de l'annonceur

L’annonceur a l’impression que la plaignante n’a même pas pris la peine de s’intéresser à l’offre, ni d’étudier les différentes possibilités de paiements proposées dans le cadre de cette offre conjointe, ni même des conditions générales de vente propre à cette offre « Pack 2018 » mentionnées par un bouton en dessous de la page. Elle y aurait trouvé toutes les réponses à ses interrogations. Il suffisait de cliquer sur « j’en profite » pour voir l’ensemble des informations. Dans le cas présent, la personne n’a raisonné que sur un des modes de paiement proposé, le moins cher en charge mensuelle, le prix total de 960,00 € étant identique, quel que soit le mode de paiement choisi. De ce fait, il ne peut évidemment pas être déduit des différents modes de paiements que le prix du téléviseur est fixé à 109,00 €. Cela n’a pas de sens selon lui.

L’annonceur a précisé qu’il s’agit d’une offre d’un abonnement différent de l’abonnement « normal » couplé à la vente d’un téléviseur ou d’un pc portable dans le cadre d’une opération dénommée « Pack 2018 ». Cette offre est conditionnée à une absence d’abonnement en cours et à une prise d’un abonnement spécial, non résiliable pendant 24 mois. Dans ce cadre, le vendeur peut établir des conditions de ventes propres et n’est absolument pas tenu d’inclure un tarif de base qui ne concernerait pas les conditions de l’offre en cause. Il peut également « offrir » en cadeau un ou plusieurs éléments de l’offre.

Contrairement à ce que prétend la plaignante, tout cela est verrouillé dans les conditions générales de vente du « Pack 2018 », article 2, 8 et 9 et l’annonceur ne voit donc pas le moindre reproche à faire à sa publicité.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance des pages du site de l’annonceur auxquelles se réfère la plaignante.

La première page présente l’offre de l’annonceur pour l’abonnement intégral au journal et une Smart TV ou un PC portable et mentionne entre autres : « Une offre d'abonnement à saisir maintenant à partir de seulement 37€(1)/mois » où le (1) renvoie à la mention suivante en bas de page : « (1)Contrat de 24mois pour un abonnement 6jours/semaine. Acompte de 109€ et 23x 37€ ». En dessous, on trouve les détails de la TV et du PC en question et les avantages de l’offre, dont la mention « Un choix de cadeau de valeur ».

En cliquant sur le bouton « J’en profite » sur cette page, on arrive sur une page avec un visuel sur fond rouge et bleu représentant la TV et le PC en question avec la mention « Recevez une smart TV 4K ou un PC portable en vous abonnant au journal de votre région » et où on lit entre autres : « Votre abonnement pendant 24 mois + une smart TV 4K ou un PC portable en cadeau. ». On y trouve également le module pour choisir la formule d’abonnement et la mention « Choisissez votre cadeau ».

Le Jury a également noté sur le site de l’annonceur que le prix de l’abonnement intégral en dehors du cadre de l’action en question est inférieur au prix à payer dans le cadre de l’offre avec la TV ou le PC et que les nouveaux abonnés payent donc un surplus dans le cadre de l’action en question par rapport aux abonnés standard.

Malgré le fait que l’offre est sans doute plus avantageuse que la somme des prix de vente individuels des éléments de cette offre, le Jury est donc d’avis que la TV et le PC concernés ne peuvent être présentés comme des cadeaux et que la publicité ne peut affirmer « Recevez une smart TV 4K ou un PC portable en vous abonnant au journal de votre région » dans le visuel qui attire directement l’attention quand on a cliqué sur le bouton « J’en profite ».

Le Jury a dès lors estimé que l’utilisation du mot « cadeau » et la mention « Recevez une smart TV 4K ou un PC portable en vous abonnant au journal de votre région » dans la publicité sont de nature à pouvoir tromper le consommateur moyen sur ce point.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des articles 3 et 5 du Code de la Chambre de Commerce Internationale, le Jury a demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut de ne plus la diffuser.

Suite

L’annonceur a confirmé qu’il a modifié la publicité.