STANNAH - 06/03/2018

Annonceur: 
STANNAH
Produit/Service: 
Monte-escalier
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 6 mars 2018
Description de la publicité

Le spot TV montre un homme âgé qui se trouve seul devant un échiquier dans un parc. Un deuxième homme âgé le rejoint et le premier homme le regarde, content.
Homme 1: “Jij?”
Homme 2: “Ik.”
Homme 1: “Ben je ontsnapt?”
Homme 2: “Kan je je inbeelden, ik in een rusthuis?”
Homme 1: “En je trapproblemen?”
Le deuxième homme invite le premier à le suivre et on voit une image du premier homme qui regarde comment le deuxième utilise un monte-escalier dans un bâtiment.
Homme 2: “Hiermee blijf ik gewoon thuis. Het is een Stannah.”
On revoit les deux hommes devant l’échiquier dans le parc.
Homme 2: “Met een Stannah zet ik iedereen schaakmat, ook het rusthuis.”
Homme 1: “Ik heb je wel gemist hoor. Schaakmat.”
VO: “Een rusthuis nooit. Een Stannah, ja!”

Motivation de la plainte

Selon la plaignante, infirmière active à la fois dans les soins à domicile et dans une maison de repos, cette publicité souligne que grâce à un monte-escalier on ne doit plus jamais aller dans une maison de repos. Selon elle, cela est irréaliste et donne une connotation très négative des soins dans les maisons de repos. Elle se demande ce qu’on ferait sans ces maisons de repos avec tous ces résidents qu’il n’est plus possible de soigner seuls à la maison.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique « Plus d’info – Règlement du Jury ») qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot TV en question dans lequel on voit deux hommes âgés à côté d’un échiquier dans un parc et où l’un montre à l’autre comment il peut continuer à vivre chez lui à l’aide d’un monte-escalier de l’annonceur.

Le Jury est d’avis que ce spot n’est pas de nature à être compris par le consommateur moyen dans le sens que lui donne la plaignante.

Il est notamment d’avis que le spot ne contient pas d’allégation factuelle sur le fonctionnement des produits de l’annonceur, selon laquelle ceux-ci pourraient garantir qu’un utilisateur pourrait en tous cas continuer à vivre chez lui grâce à ces produits et y être soigné.

Compte tenu de ce contexte, le Jury est également d’avis que le spot ne se prononce pas non plus négativement sur la qualité des soins dans les maisons de repos mais tente seulement de mettre en avant le produit de l’annonceur d’une manière positive et humoristique.

Le Jury a dès lors estimé que le spot en question n’est pas de nature à dénigrer les maisons de repos ni à induire le consommateur moyen en erreur quant aux conséquences de l'installation d'un monte-escalier.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.