SPRING GIN - 15/01/2016

Annonceur: 
SPRING GIN
Produit/Service: 
Uppercut Gin
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Légalité
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Boissons
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Vendredi, 15 janvier 2016
Description de la publicité

Le site mentionne entre autres ce qui suit:

« Uppercut: Premium quality dry gin
Makes the weak strong!

Uppercut Dry Gin

Before modern medicine developed laboratory drugs, our ancestors all over Europe used herbs and weeds for health reasons that gave them strength and made them fit again. Some of these forgotten weeds found their way into these bottles and realized a complex dry gin. With a unique blend of fine botanicals, uppercut dry gin becomes irresistible.

- Damiana Leaf is used to treat headache, depressions, bedwetting, constipation and for prevention and treatment of sexual problems.
- Strawberry Leaf is rich in tannins, contains vitamin C and is used mainly to treat digestive ailments such as diarrhea and cramps.
- Licorice root is used for sore throat, bronchitis, cough and infections caused by bacteria or viruses.
- Vervain herb can produce many natural benefits to dental and mouth care. Vervain may strengthen teeth and gums when the herb is chewed on.

Also many other herbs are used to distil uppercut dry gin, try it with your favourite tonic water or cocktail and let us know how good it felt.
Cheers! »

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, le slogan de la marque ("Makes the weak stronger") présente l'alcool, et particulièrement la marque, comme donnant des capacités physiques ou mentales supérieures après la consommation.
De plus, le story-telling parle de nos ancêtres utilisant les plantes pour se soigner, donnant une consonance "médicale" au Gin.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il a déjà adapté le slogan sur les étiquettes des bouteilles en août 2014 parce qu’il avait déjà été averti à ce moment-là. L’image sur le site internet est encore celle de l’ancienne étiquette mais il remplacera la photo sur le site le plus vite possible.

Il aimait l’idée de dénommer les plantes utilisées dans le gin et de décrire leurs caractéristiques. Le but n’est évidemment pas de lier ces caractéristiques à leur effet curatif dans le gin, mais seulement de créer un chouette contexte.

S’il doit adapter son branding, il aimerait bien le savoir.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du site internet de l’annonceur et plus particulièrement de la page relative à la boisson alcoolisée « Uppercut Gin » sur laquelle porte la plainte.

En ce qui concerne la mention « Makes the weak strong! »

Le Jury a estimé que cette mention associe la consommation d’alcool à des effets psychologiques et physiques favorables et qu’elle met en évidence les effets éventuellement stimulants, euphorisants et curatifs des boissons alcoolisées, ce qui est contraire à l’article 3.2 de la Convention en matière de publicité et commercialisation des boissons contenant de l’alcool (ci-dessous la Convention).

En ce qui concerne le texte relatif au produit « Uppercut Gin »

Le Jury est d’avis que le texte utilisé, en décrivant les différentes propriétés et vertus curatives des divers ingrédients du gin en question, établit un lien entre la consommation d’une boisson alcoolisée et l’amélioration de l’état de santé et donne l’impression que le produit en question est susceptible de faire disparaître, de soulager ou de prévenir certaines maladies.

Le Jury a dès lors estimé que ce texte est contraire aux articles 6.2 et 6.4 de la Convention.

Le Jury se réfère également à l’article 4, 3° du Règlement européen 1924/2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires qui stipule que les boissons titrant plus de 1,2% d’alcool en volume ne comportent pas d’allégations de santé.

Enfin, le Jury a constaté que le slogan éducatif « Notre savoir-faire se déguste avec sagesse » n’est pas mentionné sur les différentes pages du site de l’annonceur comme le requièrent l’article 11.1 et l’Annexe B de la Convention.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a dès lors demandé à l’annonceur de modifier la publicité et à défaut, de ne plus la diffuser.

Suite

L’annonceur a confirmé qu’il respectera la décision de modification du Jury.

Le texte, le slogan et l’image ont été modifiés sur le site et le slogan éducatif a été mentionné.