SPARTA - 01/10/2002

Annonceur: 
SPARTA
Produit/Service: 
Goed Gevoel
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Dénigrement
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Avis de réserve
Date de clôture: 
Mardi, 1 octobre 2002
Description de la publicité

Un spot TV montre un homme qui fait goûter à une femme les yeux bandés du yaourt avec plusieurs goût de fruits ainsi qu'un pot de « yugu anorexie » lequel est présenté comme : « sans calories, sans gras, sans goût », à quoi la femme répond : « Comme moi ». Ensuite apparaît un exemplaire du magazine « Goed Gevoel » et une voix féminine dit :
« Ou faites-vous plutôt confiance à votre bon sens. Chaque mois votre équilibre entre sain et agréable, corps et esprit, zen et fun ».

Motivation de la plainte

Ce spot TV est blessant pour les gens qui souffrent d'anorexie et les ridiculisent. Il donne également l'image qu'ils cherchent à répondre à un modèle idéal de minceur, ce qui n'est souvent pas le cas mais est lié au fait qu'ils ont vécu quelque chose de terrible dans le passé.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait savoir qu'il n'avait pas l'intention d'offenser ou de ridiculiser certaines personnes, mais au contraire de mener une contre-offensive vis-à-vis de tous les produits-miracle avec leurs promesses impossibles à atteindre. Pour démontrer l'extrémisme de certaines pratiques, il a choisi dans cette publicité une série de produits camelots fort exagérés, dont le magazine de santé ne traitera précisément jamais. Il a souligné que le magazine aborde avec sérieux certains problèmes de santé et essaye toujours de donner une information bien fondée, en donnant à la femme d'aujourd'hui un bon sentiment, mais dans les limites de la réalité.
Bien qu'il s'agit d'une satire du télé-shopping, le Jury a estimé que ce spot TV ne témoigne pas vraiment de bon goût. L'utilisation de ce « Yugu Anorexia » peut être perçu comme peu humoristique et choquant par une partie du public.

Décision du Jury

Pareille forme de communication pouvant provoquer des réactions négatives et porter préjudice à l'image de la publicité, le Jury a estimé devoir formuler un avis de réserves conformément à l'art. 4 de son règlement.