SPADEL - 26/11/2002

Annonceur: 
SPADEL
Produit/Service: 
Spa Reine
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Boissons
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 26 novembre 2002
Description de la publicité

Une affiche montre 2 photos noir/blanc de la même femme avec les seins nus à des époques différentes. Le texte auprès de la première photo est : « Reste comme tu es (1985) » et auprès de la deuxième : « Reste comme tu es (2002) ». Au bas de l'affiche se trouve le logo de la marque.

Motivation de la plainte

Il est regrettable que le corps humain dénudé soit de plus en plus utilisé dans n'importe quel but. Dans une société qui oublie l'enfant, les limites à la pudeur sont retirées. Il convient de laisser aux familles le choix d'éduquer leurs enfants dans le respect du corps humain et de les laisser découvrir progressivement la sexualité plutôt que de les y confronter brutalement.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir qu'il n'avait pas l'intention de choquer et a souligné que la femme est représentée de manière simple et naturelle sans être provocante ni même suggestive. Le choix de représenter le même mannequin à 17 ans d'intervalle contribue à mettre en évidence les qualités du produit, cette initiative ayant été saluée comme un exemple de réussite. Il a également souligné que la nudité de la femme est limitée au buste et que les enfants et adolescents sont habitués à la représentation de la nudité (musées, lieux publics, statues, plage…). Compte tenu de l'évolution des mœurs, il ne voit pas en quoi sa publicité serait susceptible de causer un quelconque dommage moral aux enfants et adolescents.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que la femme est effectivement représentée de façon naturelle et que cette représentation ne comporte pas d'éléments provocants, obscènes ou indécents dans le contexte de la société actuelle. A défaut d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, il a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.