SOLIDARITEIT VOOR HET GEZIN - 26/11/2019

Annonceur: 
SOLIDARITEIT VOOR HET GEZIN
Produit/Service: 
Solidariteit voor het Gezin
Média: 
Magazine
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Emploi
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 26 novembre 2019
Description de la publicité

L'annonce contient à droite 3 photos avec, respectivement :  
- une fillette qui donne à manger à une poupée ;  
- une fillette qui examine avec un stéthoscope jouet un nounours avec des bandages ;  
- une fillette qui se trouve sur le manche d’un aspirateur.  

A côté, le texte :  
“‘t zit in onze genen  
Bij jou ook? Solliciteer nu! 
Wil je graag aan de slag in een professionele onderneming die zorg draagt voor haar medewerkers?   
Zoek je een job waarbij teamwork en vrijheid hand in hand gaan?  
Dan kunnen wij jou helpen!  
In jouw regio zoeken wij gedreven m/v: Huishoudhulp, Zorgkundige en Thuisverpleegkundige 
Wat bieden wij jou aan?  
- Een breed gamma aan jobs dicht bij huis  
- Werk en gezin perfect op elkaar afgestemd  
- Volle ondersteuning via coaching  
Ben jij de persoon die we zoeken?  
- Je hebt een hart voor de zorg  
- Je bent klantvriendelijk  
- Je bent een echte teamplayer”.

Motivation de la plainte

Selon la plaignante, il s'agit d'images sexistes : ce n'est apparemment pas dans les gènes des hommes de soigner ou de nettoyer. 

Position de l'annonceur

L'annonceur a communiqué que la campagne "'t zit in onze genen" se concentre sur les nouveaux employés. Lors de la mise en page, il a longuement parlé des visages de sa campagne, de leur sexe et de leur origine. Sa mission est de pourvoir ses postes vacants le plus efficacement possible.   
Il a finalement opté pour un mélange de femmes uniquement car son personnel actuel auquel il se réfère est composé à 90 % de femmes. Historiquement, le sexisme et les stéréotypes à sens unique des emplois dans le secteur des soins étaient les principaux facteurs qui ont conduit au déséquilibre entre les sexes dans son personnel. Mais en même temps, c'est la réalité dans laquelle il doit survivre en tant qu'organisation.   
L'annonceur a ensuite communiqué que, comme toutes les autres organisations de son secteur, il souffre d'une effrayante pénurie de personnel. Tout le monde, quel que soit son sexe ou son origine, mais bien sûr avec les compétences adéquates, est plus que bienvenu. Mais si son équipe de communication remarque que le fait de viser les femmes en tant que groupe cible lui donne de meilleurs résultats que d'essayer d'attirer un public plus large, alors en tant qu'organisation, il est obligé de continuer à suivre cette voie.   
Dans cette campagne, cela a mené à une image où trois jeunes filles sont représentées l'une à côté de l'autre avec pour baseline "'t zit in onze genen". Son intention, en tant qu'organisation, était de mettre en avant la fierté de cette profession, de montrer que son personnel est déterminé à s'occuper des gens, que c'est leur raison d'être qu'ils ressentent depuis leur plus jeune âge. Malheureusement, il n'a pas prévu le lien avec les connotations négatives que comportait cette même baseline.   
Selon lui, la plaignante a donc certainement raison, le matériel visuel combiné à la baseline ne représente pas parfaitement les personnes qu'il souhaiterait effectivement accueillir. Car il est une organisation de soins qui propage l'humanisme et met l'être humain au centre. Chaque être humain. Cette plainte lui fait donc mal. Il a un rôle d’exemple en montrant à tous que les femmes sont capables de faire infiniment plus que des métiers de soins, mais aussi que les aides domestiques, soignants ou infirmiers masculins doivent être fiers du travail indispensable qu'ils accomplissent chaque jour.  

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de l’annonce en question et de la plainte qui la concerne. 

Il a constaté que l’annonce en vue d’engager des aides ménagères, des professionnels de la santé et des infirmières à domicile par une organisation de soins, montre trois fillettes qui jouent (une fillette qui donne à manger à une poupée, une fillette qui examine avec un stéthoscope jouet un nounours avec des bandages, une fillette qui se trouve sur le manche d’un aspirateur) avec entre autres le texte : “‘t zit in onze genen - Bij jou ook? Solliciteer nu! Wil je graag aan de slag in een professionele onderneming die zorg draagt voor haar medewerkers? Zoek je een job waarbij teamwork en vrijheid hand in hand gaan? Dan kunnen wij jou helpen!”.  

Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a noté que cette annonce fait partie d’une campagne plus large avec comme baseline « ‘t zit in onze genen » qui vise à mettre en avant la fierté pour son secteur. L'annonceur a cependant également communiqué que sa mission est de pourvoir ses postes vacants le plus efficacement possible et qu'il avait opté pour ce mix dans cette annonce car 90% de son personnel actuel sont des femmes et que les viser en tant que groupe cible est plus efficace. 

Le Jury est d'avis qu’en l’espèce les fillettes sont simplement montrées en train de jouer dans un contexte réaliste sans qu’on ne donne l’impression qu’on les pousserait dans un certain rôle. 

Il est également d’avis que l’annonce se limite à présenter les offres d’emploi de l’annonceur de manière attrayante pour son public cible à l’aide d’une baseline formulée de manière générale sans pour autant faire passer directement le message que les enfants de sexe féminin seraient génétiquement prédestinés à être limités dans le choix de leur profession ou, au contraire, que les enfants de sexe masculin ne pourraient pas être pris en considération pour cette catégorie de professions. 

Le Jury a dès lors estimé que l’annonce en question n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne et ne témoigne pas non plus d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur. 

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points.  

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.