SFR - 06/02/2018

Annonceur: 
SFR
Produit/Service: 
Pack TV-net-tel
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 6 février 2018
Description de la publicité

VO : « Pour bien démarrer l’année, SFR vous fait une offre complétement WTF. »
Femme : « WTF ? What the (bip) ! »
VO : « Profitez d’un pack TV-net-tel à 39€ par mois pendant 6 mois. »
Homme : « WTF ? Whé trop fou ! »
VO : « Et cerise sur le gâteau, tous les frais sont offerts. »
Femme : « WTF ? Waouw trop fort ! »
VO : « Profitez-vite de l’offre What the (bip) d’SFR. Info et conditions au 02 226 55 55 ou sur sfr.be. »

Motivation de la plainte

1) La plaignante a communiqué que l’annonceur base sa publicité sur une insulte anglaise. En tant que parent, elle apprend la politesse à ses enfants et cela la gêne d’entendre une publicité pour l’offre « what the fuck » en les conduisant à l’école.

2) Selon la plaignante, « what the fuck » dans la publicité est grossier et inutile. Elle souligne que les enfants écoutent la radio et se demande si jurer dans une autre langue est autorisé.

Position de l'annonceur

L’annonceur ne nie pas que le spot fasse allusion à l’abréviation anglaise WTF, ce qui est une abréviation pour l’expression anglais « what the fuck ». Or, il est important de souligner qu’à aucun moment dans le spot le mot « fuck » n’est utilisé. En effet, l’annonceur donne des significations nouvelles à l’abréviation « WTF », à savoir « Whé trop fou » et « Waouw trop fort ! ».

L’annonceur souhaite également souligner le fait que l’expression WTF n’est pas une insulte, comme le soutiennent les plaignantes. Il s’agit au contraire d’un moyen, certes informel, d’exprimer un sentiment d’étonnement.

De plus, s’agissant d’une offre pour un pack de télévision, internet et téléphonie, ni l’offre, ni la publicité ne s’adressent spécifiquement aux enfants, bien au contraire.

A titre superfétatoire, l’annonceur a noté que le Jury a déjà eu l’occasion de s’exprimer par rapport à une affiche avec le texte « All those bastard Martians can fuck off back to Mars » et que le Jury a considéré que ce texte n’était pas choquant et ne contenait pas d’éléments contraires aux dispositions légales ou éthiques en vigueur (Diesel 01/09/2009). Il estime que la même conclusion s’impose dans la présente affaire.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot radio annonce une offre qualifiée de « complétement WTF », que des personnes décrivent ensuite comme « What the (bip) », « Whé trop fou » ou encore « Waouw trop fort ».

Le Jury est d’avis que l’expression « WTF » (« What the fuck »), est une expression répandue qui sert surtout à exprimer une forme d'étonnement et qu’elle n’est pas utilisée en tant qu’injure ou insulte.

De plus, le Jury a noté que la publicité ne l’énonce pas en entier vu que le mot « fuck » est remplacé par une tonalité.

Le Jury a également constaté que la publicité ne vise pas et ne met pas en scène des enfants.

Le Jury a estimé que l’expression en question n’est pas contraire aux normes de décence couramment admises. Il a également estimé que le spot radio n’incite pas à jurer et n’encourage pas un comportement contraire aux convenances selon les normes actuellement admises.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.