ROULARTA MEDIA GROUP - 19/03/2019

Annonceur: 
ROULARTA MEDIA GROUP
Produit/Service: 
Knack
Média: 
Magazine
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 19 mars 2019
Description de la publicité

La publicité pour un abonnement au magazine est constituée entre autres d'une partie avec le titre « 3 redenen om nu ‘JA’ te zeggen » avec en-dessous les points suivants : 
« 1) U leest Knack eerst 1 maand (4 weken) voor 1 euro.  
2) Daarna krijgt u 18 maanden lang 50% korting: u betaalt slechts 12,75 euro per maand. U betaalt dan slechts 3,06 euro per nummer in plaats van 6,10 euro. Dit aanbod is bovendien maandelijks opzegbaar. 
3) Als u vóór 21 maart reageert, krijgt u een set bluetooth-oortjes als welkomstgeschenk, boven op uw 50% korting. 
(Image du produit en question)  
- Uitmuntend geluid in digitale kwaliteit. 
- Stabiel en comfortabel tijdens het bewegen, valt niet uit de oren. 
- Strak design, stijlvol en toch discreet. 
- Werkt met elk apparaat uitgerust met bluetooth. 
- Handig op te laden via de bijgeleverde powerbox. ».  

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, l’image dans la publicité semble montrer les écouteurs bluetooth Airpod typiques d’Apple. Selon lui, cela est principalement indiqué par la partie inférieure ronde et argentée, la forme des écouteurs eux-mêmes, en ce compris les encoches noires et le « bijgeleverde powerbox » pour charger les écouteurs. En réalité, il s’agit d’une autre marque d’écouteurs qui a beaucoup de ressemblances. Il est d’avis que l’offre ne donne pas d’information suffisante au destinataire pour identifier le produit « gratuit » et le distinguer ainsi des écouteurs d’Apple. L’image et l’explication dans le texte restent (intentionnellement) vagues. Le consommateur moyen est ainsi trompé. Tout le monde n’est pas au courant des spécifications techniques (plus détaillées) des écouteurs bluetooth d’Apple et les copies se prêtent toujours mieux à la tromperie. Selon le plaignant, compte tenu de la valeur de marché des écouteurs Airpod, le consommateur va rapidement raisonner de manière pragmatique et accepter l'offre sans trop tarder. Même si la publicité n'induit pas nécessairement le consommateur moyen en erreur, il trouve inapproprié de ne pas fournir de données plus précises sur le set d'écouteurs bluetooth. 

Position de l'annonceur

L’annonceur ne peut pas du tout suivre le point de vue du plaignant et selon lui, la plainte est manifestement non fondée. 

L’offre et la publicité concernent en fait un abonnement au Knack à un prix très avantageux. Aux souscripteurs rapides à cette offre, il offre un petit activateur, à savoir un set d’écouteurs bluetooth. 

Selon lui, il est clair pour tout le monde qu’il ne s’agit clairement pas des écouteurs de la marque Apple. Les écouteurs de la marque Apple sont en effet commercialisés sous le nom ‘AirPods’. Dans son annonce, il n’est pas question d’AirPods mais bien d’un set d’écouteurs bluetooth. Il ne peut pas être plus explicite. Selon l’annonceur, il ne peut pas non plus être question d’imprécision : le plaignant ne peut quand même pas s’attendre à ce qu’il soit explicitement indiqué qu'il s’agit d’un set d’écouteurs bluetooth, pas de la marque Apple. 

 Le prix de l'offre également - à savoir la réduction de 50% déjà offerte sur un abonnement Knack – ne crée selon lui pas l’attente dans le chef du consommateur moyen qu’il recevrait gratuitement un set d'AirPods (d'une valeur de ± 170 euros) en plus de cette réduction substantielle. 

Il n'est pas du tout surprenant que le set d’écouteurs bluetooth qui est offert ressemble aux AirPods. En raison de l'essence du produit (c'est-à-dire des écouteurs sans fil), tous ces écouteurs de marques et de fabrication différentes se ressemblent. 

L’affirmation du plaignant que le set d’écouteurs bluetooth serait précisément le ‘déclencheur’ pour le consommateur pour souscrire à cette offre est donc fortement contredite par l’annonceur. Le ‘déclencheur’ pour souscrire est précisément la réduction de 50% sur le prix de l’abonnement. 

L'annonceur est donc d'avis que la publicité faite n'est ni trompeuse ni inappropriée. 

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de la publicité en question et de la plainte qui la concerne. 

Il a constaté que l’action promotionnelle annoncée par la publicité concerne un abonnement au magazine à un prix réduit, avec en plus en set d’écouteurs bluetooth comme cadeau de bienvenue supplémentaire si on réagit avant une certaine date. 

Le Jury est tout d’abord d’avis que dans sa publicité, l’annonceur ne prétend pas ni ne suggère que les écouteurs bluetooth qui sont offerts comme cadeau de bienvenue seraient d’une marque spécifique de haute qualité mais se limite à faire référence d’une manière générique à un set d’écouteurs bluetooth.  

Il est également d’avis que le message principal de la publicité concerne clairement l’abonnement avantageux lui-même et que dans ce cas il ne crée pas l’attente dans le chef du consommateur moyen qu’il recevrait en plus – comme cadeau de bienvenue supplémentaire – un set d’écouteurs gratuit avec une valeur de marché d’environ 170 euros. 

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que la publicité n’est pas de nature à tromper le consommateur moyen quant à la valeur du produit promotionnel ou à exploiter son manque d’expérience ou de connaissance. 

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points.  

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.