RENSON - 08/03/2017

Annonceur: 
RENSON
Produit/Service: 
Ventilation
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Habitat et mobilier
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 8 mars 2017
Description de la publicité

Homme 1 : « Oh, je me sens fatigué. »
Homme 2 : « Ah ben moi, je me sens frais comme une rose. »
Homme 1 : « Comment tu fais ? »
Homme 2 : « Eh bien, j’ai un système de ventilation Renson. L’air est sain partout dans la maison. Et grâce à ma protection solaire occultante, je dors comme un bébé. Et, ma femme se plaint plus de maux de tête si tu vois ce que je veux dire. »
Homme 1 : « Sérieux ? Oh, j’en veux ! »
VO : « Profitez dès maintenant de nos actions Batibouw en ventilation et protection solaire. Surfez sur renson.be ou venez à Batibouw Palais 1 et 4. »

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve que la phrase relative aux maux de tête de la femme et la réaction qui suit sont à double sens et de bas niveau ainsi qu’hostiles à la femme.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il n’est pas d’accord avec la plainte. En effet, il est scientifiquement prouvé que le manque de bonne ventilation efficace dans les bâtiments crée un espace de vie malsain, avec comme conséquence une augmentation des risques de maux de tête, de fatigue, d’apathie, etc. La référence à « et ma femme se plaint plus de maux de tête » est une référence à un milieu de vie plus sain avec ventilation que sans ventilation et aux avantages de santé directs qui s’en suivent.

Il laisse l’interprétation pour le compte du plaignant mais indique qu’à sa connaissance, il s’agit de la seule plainte de cette teneur et qu’il n’a aucun intérêt commercial à brusquer (plus de) la moitié de la population avec des messages hostiles aux femmes.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question.

Il est d’avis que ce spot ne contient pas d’affirmation contraire aux normes de décence actuellement en vigueur et que le ton du spot n’est pas de nature à présenter les femmes sous un jour négatif.

Le Jury est également d’avis que la publicité en question ne porte pas atteinte à la dignité humaine et n’est pas de nature à dénigrer la femme.

Le Jury a dès lors estimé que le spot n’est pas contraire aux Règles du JEP relatives à la représentation de la personne.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ce point. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.