RENAULT - 23/11/2006

Annonceur: 
RENAULT
Produit/Service: 
Espace, Laguna, Mégane
Média: 
Quotidien
Critères d'examen: 
Environnement
Autres
Initiative: 
Association socio-culturelle
Catégorie: 
Véhicules à moteur et accessoires
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Jeudi, 23 novembre 2006
Description de la publicité

Une annonce avec comme slogan « A ces conditions, pourquoi se contenter d'une seule Renault ? » montre une maison accolée de 4 garages. En dessous sont représentés 3 modèles de la marque avec brève description des caractéristiques et indication du montant de la remise accordée. Baseline : Conditions historiques jusqu'au 30 novembre.

Motivation de la plainte

Cette publicité est contraire à l'art. 4 du Code FEBIAC et à l'art. 2 du code de la publicité écologique. Elle incite manifestement à un comportement excessif, dommageable pour l'environnement car elle pousse clairement et sans nuance chaque ménage à acheter et à utiliser plusieurs automobiles, ce qui est contraire aux nombreuses campagnes de protection de l'environnement qui visent à réduire les déplacements automobiles au profit de l'usage des transports en commun et des modes de déplacements doux. Cette publicité encourage explicitement les déplacements motorisés individuels, très polluants si l'on en croit les émissions de CO2 inscrites (la publicité précise qu'un véhicule à essence de la marque émet de 163 à 289 g/Km, ce qui est très éloigné des possibilités technologiques actuelles de 110 g/Km).

Position de l'annonceur

L'annonceur a estimé ne contrevenir ni à l'art. 2 du code de la publicité écologique, ni à l'art. 4 du code Febiac.
Il a fait valoir qu'il joue sur l'humour et l'exagération en montrant une maison flanquée de 4 garages pour suggérer l'achat de plusieurs Renault. Il se demande en quoi cela est dommageable à l'environnement car un conducteur, fut-il propriétaire de 10 voitures, ne peut en conduire qu'une à la fois et ne nuit donc pas plus à l'environnement que s'il n'en possédait qu'une seule. Quant aux 289 g/ km de CO 2 mentionnés, il a expliqué qu'ils correspondent aux émissions de l'Espace 3.5 V6 boite auto et sont parfaitement dans la moyenne des véhicules de ce gabarit et de cette cylindrée. Il a souligné que cette version correspond à un pourcentage infime de ses ventes et que par ailleurs, l'Espace incarne le véhicule familial par excellence et donc l'antithèse de la voiture égoïste. Enfin, il a souligné qu'en terme de protection de l'environnement, Renault se situe dans le top 3 des marques les plus vertes.

Décision du Jury

D'emblée, le Jury a constaté que la publicité ne fait pas référence à des effets sur l'environnement des produits en question et n'entre dès lors pas dans le champ d'application du code de la publicité écologique qui stipule que « le code s'applique à toute publicité se référant aux effets sur l'environnement d'un produit, en ce compris l'emballage, ou d'un service quel que soit le support utilisé, au cours de leur cycle de vie ».
Par ailleurs, le Jury a constaté que cette publicité relève clairement du second degré et présente un caractère humoristique et que dans ce contexte, cette annonce n'est pas de nature à être mal comprise par le grand public. Le Jury a également considéré que cette annonce ne comportent pas d'éléments (visuel ou rédactionnel) contraires au code Febiac. A défaut d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.