RECKITT BENCKISER - 23/05/2017

Annonceur: 
RECKITT BENCKISER
Produit/Service: 
Préservatif Durex Orgasm’Intense
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Santé
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 23 mai 2017
Description de la publicité

Le spot montre un homme qui rejoint une femme dans son lit après avoir pris un préservatif. Un nuage de fumée rose les entoure alors qu’ils s’étreignent.
Voix off : « Vous et le nouveau préservatif Durex Orgasm’Intense, doté d’un gel stimulant, vous pouvez lui donner un orgasme d’une intensité … explosive. Durex Orgasm’Intense pour les hommes qui donnent des orgasmes. »
On voit ensuite le produit à l’écran puis l’homme et la femme assis dans un divan et l’homme qui fait un clin d’œil, avec le texte « Durex Orgasm’Intense pour les hommes qui donnent des orgasmes #orgasmsforall ».

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que dans le spot un homme et une femme se séduisent puis flirtent de façon poussée et explicite et que cette publicité diffusée à une heure de grande écoute où les jeunes enfants sont encore présents est inappropriée.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il a demandé aux chaines de télévision de diffuser ses publicités Durex après 20h.
Il a également communiqué que la communication porte sur le gel spécifique contenu dans le préservatif destiné à soutenir les performances sexuelles d’un couple pour favoriser l’orgasme. Ses équipes attachent un soin particulier au développement de publicités et supports de communication respectueux de l’éthique et des bonnes mœurs. Selon son appréciation, le spot publicitaire ne contient aucune scène choquante ou explicite et est concentré sur les notions de plaisir et de partage. Les images et le texte (VO et slogans) restent suggestifs et soucieux des bonnes pratiques.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que la publicité TV montre un homme qui rejoint une femme dans son lit après avoir pris un préservatif. Un nuage de fumée rose les entoure alors qu’ils s’étreignent.

Compte tenu du contexte social actuel, le Jury est d’avis que la publicité ne contient pas de déclaration ni de représentation visuelle susceptible d’offenser la décence selon les normes couramment admises et n’est pas de nature à pouvoir causer un préjudice moral à des enfants ou à des adolescents.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ce point. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.