RECKITT BENCKISER - 04/03/2003

Annonceur: 
RECKITT BENCKISER
Produit/Service: 
Calgon
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Entretien et bricolage
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 4 mars 2003
Description de la publicité

Un spot TV présente le témoignage d'une femme qui montre une chemise et un jeans et dit : « Cette lessive toute raide, c'est une catastrophe. J'ai l'impression d'avoir un vêtement en plâtre, comme une armure ». Puis on montre l' emballage du produit suivi par une tablette de la marque. La comparaison est montrée entre des fibres pleines de calcaire et des fibres quasiment sans calcaire. Une voix masculine dit : « Contre le calcaire, voici le nouveau Calgon aqua pro. Le calcaire traverse encore mieux les fibres sans s'y accrocher. Pour plus de souplesse ». La femme : « Maintenant ils restent tellement souples, c'est comme si j'étais sur un petit nuage ». A la fin on montre à nouveau l'emballage du produit avec à côté des chemises et une pièce d'une machine à laver laquelle paraît toute neuve et on entend une voix chantant : « Le linge et la machine restent tip top avec calgon ».

Motivation de la plainte

Cette publicité veut faire croire que les vêtements sont en plâtre comme une armure ce qui est un mensonge inadmissible et une véritable injure à notre capacité d'analyse et à notre culture.

Position de l'annonceur

En attirant l'attention sur les termes exacts du message, l'annonceur a fait valoir que l'utilisation du mot “comme” entre “plâtre” et “armure” crée une métaphore. Il a souligné que cette image est utilisée dans le seul but d'expliquer aux consommateurs la sensation de raideur et difficulté de bouger dans son jeans et qu'à aucun moment il n'est question de faire croire qu'une armure est faite en plâtre.

Décision du Jury

Après examen et compte tenu des termes exacts du message, le Jury a estimé que le spot en question ne contient aucune affirmation, indication ou représentation susceptible d'induire en erreur le consommateur sur les caractéristiques du produit. A défaut d'infraction aux dispostions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.