PROXIMUS - 02/05/2018

Annonceur: 
PROXIMUS
Produit/Service: 
Abonnement avec smartphone
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Loyauté
Véracité
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 2 mai 2018
Description de la publicité

Le spot radio se déroule ainsi :
Femme : « Thibaut, le taxi arrive. Tu as ton passeport ? »
Homme : « Oui, oui, dans ma veste. »
Femme : « Ok, moi j’ai imprimé les tickets d’avion. »
Homme : « Imprimé ? Mais enfin ! »
Femme : « Quoi ? »
Homme : « Mais, les arbres… »
VO : « Thibaut n’est pas forcement écologique de nature. Ce que Thibaut veut vraiment dire c’est… »
Homme : « Tu peux pas acheter un smartphone comme tout le monde et avoir tes tickets dans ton smartphone ! »
Femme : « Ok, ok, ça va, ça va, hein ! »
VO : « Economisez des arbres avec un nouveau smartphone à seulement 9€. »
Femme + homme : « 9€ ? »
VO : « Oui, avec un nouvel abonnement Mobilus. Plus d’infos sur proximus.be. Proximus, infiniment proche.

Motivation de la plainte

Selon le plaignant, le consommateur est induit en erreur par ce spot qui laisse croire qu'il est plus écologique d'acheter un smartphone que d'imprimer des billets sur du papier. Or la fabrication d'un smartphone (utilisation de terres rares notamment) ainsi que l'infrastructure mise en œuvre pour l'utiliser (réseau de téléphonie mobile) ont un bilan écologique qui est loin d'être neutre et qui peut même être considéré comme désastreux.

Position de l'annonceur

L'annonceur a communiqué qu'il est clair que ce spot radio est destiné à être ludique et n'a pas l'intention d'induire les consommateurs en erreur ni n'est de nature à encourager un comportement répréhensible au niveau environnemental. En raison du ton léger, il est clair pour le consommateur moyen qu'aucun jugement de valeur n'est porté sur ce qui est le plus écologique, l'impression des billets ou l'achat d'un smartphone sur lequel les billets peuvent être téléchargés. Le seul but du spot est de mettre en avant la facilité d'utilisation d'un smartphone et son prix avantageux dans le cadre de l'action.

De plus, l'annonceur a noté que le raisonnement du plaignant était peu cohérent. Si on voulait vraiment mesurer le caractère écologique des deux modes d'utilisation (impression versus smartphone), il faudrait aussi tenir compte du processus de production d'une imprimante et, bien sûr, de l'encre et des cartouches d'encre nécessaires à l'impression des billets d'avion.

Enfin, l'annonceur a fait référence à diverses sources afin de démontrer son engagement écologique.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot radio met en scène un homme qui s’étonne du fait que la femme ait imprimé des tickets d’avion et ce, pour souligner qu’elle ferait mieux d’acheter un smartphone comme tout le monde pour y avoir ses tickets. Il a noté que ce spot a pour but de mettre en avant l’offre d’abonnement avec smartphone de l’annonceur.

Selon le Jury, il ne s’agit pas, dans cette publicité, de débattre sur la méthode la plus respectueuse de l’environnement pour être en possession de ses tickets d’avion.
Il est d’avis que la conversation entre les protagonistes et la réaction de la voix-off servent uniquement de contexte ludique pour communiquer sur une offre commerciale.

Il est également d’avis que les allusions au respect des arbres sont courantes quand on évoque l’utilisation de papier et que le clin d’œil humoristique sera indéniablement clair pour le grand public.

Selon lui, ces allusions ne seront donc pas interprétées par le consommateur moyen comme une affirmation à prendre au premier degré.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que le spot en question ne contient pas d’allégation environnementale de la part de l’annonceur.

Il a dès lors estimé que la publicité n’est pas de nature à induire les consommateurs en erreur à cet égard et qu’elle ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur sur ce point.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.