PROCTER & GAMBLE - 27/07/2016

Annonceur: 
PROCTER & GAMBLE
Produit/Service: 
Dreft
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Entretien et bricolage
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 27 juillet 2016
Description de la publicité

Le spot montre un homme qui fait la vaisselle et son garçon qui vient lui dire: « Papa, j’aimerais tellement transformer cette bouteille de Dreft en un vaisseau spatial mais elle dure une éternité ». On voit ensuite la maman faire la vaisselle et le garçon dire: « Il en reste encore tout plein ». En regardant la bouteille retournée, le garçon en costume de l’espace dit en soupirant: « Et ça continue ! ». Enfin, son papa lui remet la bouteille vide. On voit le garçon jouer dans la cuisine avec la bouteille transformée en vaisseau spatial.

Motivation de la plainte

Le plaignant est d’avis que cette publicité est hostile à l’égard des femmes. Pendant que la femme fait chaque fois la vaisselle, le papa est toujours en train de lire. Le fils demande pourtant au père si et quand il peut avoir la bouteille de détergent vide. D’abord, les hommes peuvent bien faire une fois la vaisselle, ensuite c’est normal que l’enfant demande la bouteille à la personne qui l’utilise. Selon le plaignant, c’est plutôt une publicité pour la famille idéale d’avant les années 1960.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique “Plus d’info – Règlement du Jury”) qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a tout d’abord constaté que, contrairement à ce qu’affirme le plaignant, le spot TV montre successivement le père et la mère qui font la vaisselle.

Le Jury est d’avis que la publicité montre ainsi de manière équilibrée la répartition des rôles entre l’homme et la femme.

Le Jury a dès lors estimé que la plainte n’est pas fondée et que ce spot TV n’est ni sexiste ni dénigrant pour la femme. Il ne perpétue pas non plus de stéréotype allant à l’encontre de l’évolution de la société.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.