PROCTER & GAMBLE - 25/10/2007

Annonceur: 
PROCTER & GAMBLE
Produit/Service: 
Dash Liquide
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Entretien et bricolage
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Jeudi, 25 octobre 2007
Description de la publicité

Un spot TV annonce ce qui suit : Place au propre. Episode 1. Rita est sous le choc. On voit ensuite une mère qui range la chambre de son fils et trouve un soutien-gorge par terre. Elle le prend et soupire. Elle emmène avec elle le soutien-gorge et se rend dans un café où se trouve son fils avec une amie.
Mère: « Que tu ramènes des copines à la maison, passe encore. Mais avec des sales manières ».
Fils : « Maman ! ».
Mère : « Quoi, tu n’as jamais entendu parler de Dash liquide ma chérie ? »
Amie : « Liquide, si ».
Mère : « Même quand après un certain temps ton linge est devenu grisâtre, Dash liquide le rend vraiment plus blanc en quelques lavages. Regarde, ça c’est blanc. » (elle tient le soutien-gorge près de sa blouse blanche).
Amie : « Mais c’est pas mon soutien ».
Voix masculine : « Mais alors qui peut bien porter un 90 C grisâtre, ou pire, qui ne l’a pas lavé avec Dash ? Dash – Tout va bien qui finit propre ».

Motivation de la plainte

Cette publicité est ignoble, débile et abjecte.

Position de l'annonceur

L’annonceur a expliqué que la marque « Dash » a choisi, pour sa campagne télévisée, de ne pas opter pour la publicité bien connue dans laquelle le consommateur de Dash donne son opinion. Une large enquête auprès des consommateurs a été organisée, en ce compris en Belgique, afin de savoir ce qui plaît aux gens à la télévision. Partant des résultats de cette enquête, il a été décidé de réaliser une publicité télévisée sous la forme d’une série-soap actuelle : « Place au propre ». Dans la « série-publicité », le téléspectateur va faire la connaissance d’une famille confrontée à des situations de la vie quotidienne dans lesquelles les effets de Dash peuvent jouer un rôle. Tous les ingrédients d’une bonne série télévisée sont utilisés : humour, amour, intrigue, drame, … Selon l’enquête, cette formule correspond au monde actuel dans lequel vit le consommateur. L’annonceur a précisé que l’objectif est de faire de la publicité d’une façon jeune, innovante et amusante. Les situations sont tellement caricaturées qu’elles en deviennent amusantes. Néanmoins, il a en même temps tenu compte des intérêts du public. La série a été diffusée en Angleterre avec beaucoup de succès. L’enquête a également montré que, d’une manière générale et dans la société actuelle, le téléspectateur n’est plus choqué par la vision d’un soutien-gorge à la télévision. L’objectif n’a pas été de faire une publicité non éthique ou irritante. L’annonceur a enfin précisé qu’il estime qu’il n’y a pas d’infraction aux articles du Code ICC concernant le bon goût.

Décision du Jury

Compte tenu de l’évolution sociale actuelle, le Jury a estimé que cette scène avec le soutien-gorge ne comprend pas d’éléments indécents et n’est pas de nature à porter atteinte à la dignité de la femme. Il est également d’avis que ce message n’est pas de nature à choquer le consommateur moyen.

A défaut d’infractions aux dispositions légales et/ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler.