PROCTER & GAMBLE - 13/01/2016

Annonceur: 
PROCTER & GAMBLE
Produit/Service: 
Dreft
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Entretien et bricolage
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 13 janvier 2016
Description de la publicité

Le spot montre un homme qui fait la vaisselle et son garçon qui vient lui dire: « Papa, j’aimerais tellement transformer cette bouteille de Dreft en un vaisseau spatial mais elle dure une éternité ». On voit ensuite la maman faire la vaisselle et le garçon dire: « Il en reste encore tout plein ». En regardant la bouteille retournée, le garçon en costume de l’espace dit en soupirant: « Et ça continue ! ». Enfin, son papa lui remet la bouteille vide. On voit le garçon jouer dans la cuisine avec la bouteille transformée en vaisseau spatial.

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve que cette publicité est dangereuse car elle pourrait inciter les enfants et en particulier les plus petits, à utiliser des flacons de produits de ménage comme jouet avec comme conséquence des empoisonnements car si ici c'est un "simple" nettoyant vaisselle, pourquoi ne serait-il pas enclin de faire des fusée avec de l'eau de javel, du produit de rinçage de lave-vaisselle, etc., des produits très dangereux.

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique “Règlement”) qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot montre successivement le père et la mère qui font la vaisselle et leur garçon qui attend que la bouteille de Dreft soit vide pour la transformer en vaisseau spatial.

On voit également le père qui remet la bouteille vide à l’enfant.

Le Jury est d’avis que ce spot TV ne montre pas de pratique dangereuse et que le scénario ne contient pas d’élément qui serait contraire aux règles de sécurité. Il est également d’avis que le spot montre que l’enfant est sous la surveillance d’un adulte.

Le Jury a par conséquent estimé que la plainte n’est pas fondée et que ce spot TV ne fait pas preuve d’un manque de responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.