POPPY - 22/08/2018

Annonceur: 
POPPY
Produit/Service: 
Plateforme de voitures partagées
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 22 août 2018
Description de la publicité

Les images au début du spot montrent le texte « Poppy – car – sharing ». On voit un jeune homme qui constate que son portefeuille est vide, prend son smartphone et monte dans une voiture et part. Il arrive devant une maison où une femme plus âgée ouvre la porte, heureusement surprise.
Voix-off: “Poppy, dat is een wagen wanneer je wil, waar je wil.
Maar Poppy, dat is ook heel voordelig.
Één. Download de Poppy-app.
Twee. Reserveer een wagen.
Drie. Rij elke zondag naar de Bomma.”
On voit alors comment le jeune homme masse les épaules de la femme âgée, regarde un album photo avec elle et partage une tarte et du café. Ensuite, la femme l’embrasse et le raccompagne. Il reçoit plusieurs fois de l’argent de la femme âgée et à chaque fois on entend une caisse tinter.
Voix-off: “Wordt haar favoriete kleinzoon.
Hou lang genoeg vol.
Leuke bijverdienste.”
L’écran final montre deux voitures de l’annonceur et le texte
“Registreer gratis op poppy.be”.
Voix-off: “Een wagen nodig wanneer jij dat wil. Go Poppy. Registreer nu op poppy.be.”

Motivation de la plainte

Il semble pervers au plaignant de faire un spot où on présente son produit comme une chouette manière de soutirer de l’argent à des personnes âgées seules.

Position de l'annonceur

L’annonceur a souligné qu’il n’avait absolument pas l’intention de choquer avec sa campagne. Le spot publicitaire concerné fait partie d’une série de spots ludiques pour s’adresser à un groupe cible plus jeune pour qu’ils fassent connaissance avec le concept de voitures partagées de manière sympathique.
Il a également mentionné que l’atmosphère ludique de sa campagne publicitaire est une partie importante de l’image qu’il essaye de projeter. C’est sa mission de convaincre le plus de gens possible des avantages (sociétaux) de la mobilité partagée, pour laquelle il est important de s’adresser à un large public avec des situations accessibles et reconnaissables.
En ce qui concerne la vidéo concernée par la plainte, l’annonceur a encore souligné que l’idée a été créée du point de vue des jeunes qui trouvent cette situation très reconnaissable et certainement pas choquante. Il y a clairement de l’humour et de l’ironie dans l’exécution du spot publicitaire, de sorte qu’on peut difficilement le prendre au sérieux. Il a d’ailleurs reçu beaucoup de réactions positives sur cette campagne.
Enfin, l’annonceur a encore indiqué qu’il n’incite nulle part les jeunes à soutirer de l’argent à leurs grands-parents ; il incite clairement à télécharger l’app et à réserver ses voitures partagées.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot en question et de la plainte qui le concerne.

Suite à la réponse de l’annonceur, il a noté qu’avec cette campagne il voulait juste s’adresser à un groupe cible plus jeune avec une série de spots ludiques pour qu’ils fassent connaissance avec le concept de voitures partagées.

Le Jury est d’avis que l’atmosphère tout au long du spot concerné par la plainte est tellement caricaturale que le spot n’est pas de nature à être pris au premier degré par le consommateur moyen.

Il est également d’avis que l’utilisation humoristique de l’exagération ressort suffisamment clairement de l’impression globale donnée par la publicité.

Il est donc d’avis que le consommateur moyen n’interprètera pas cette publicité comme une présentation négative des personnes âgées ou de leur relation avec les plus jeunes, mais interprètera au contraire le message dans le sens visé par l’annonceur.

Dans ce contexte, le Jury est d’avis que le consommateur moyen ne percevra pas le spot comme un manque de respect envers les personnes (âgées).

Il a donc estimé que le spot n’est pas contraire à la dignité humaine et n’est pas non plus de nature à dénigrer un certain groupe de personnes.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a également estimé que le spot n’est pas de nature à inciter les jeunes à soutirer de l’argent aux personnes âgées ou à considérer les relations interpersonnelles uniquement en termes pécuniaires.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.