PLATEFORME POUR LE SERVICE CITOYEN - 27/04/2018

Annonceur: 
PLATEFORME POUR LE SERVICE CITOYEN
Produit/Service: 
Service Citoyen
Média: 
Autre média
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Vendredi, 27 avril 2018
Description de la publicité

Le dépliant contient entre autres les textes « Le service citoyen est ouvert à tous (…) Rejoins la prochaine promotion sans tarder ! » et « Une promotion, c’est 20 jeunes, tous différents, qui se rendent utiles ! » ainsi que des photos de jeunes de différents sexes, de différentes origines ethniques, avec chaque fois un témoignage.
Sous le texte « La société n'existe pas en dehors de nous. Nous sommes la société ! », la photo d’une jeune femme voilée souriante tenant en mains un globe terrestre.

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que l’illustration d’une jeune musulmane souriante et voilée tenant en ses mains un globe terrestre - ce qui n'est pas innocent - est manifestement d'inspiration salafiste (doctrine de conquête et de domination du monde par l’islam qui a récemment fait l'objet d'une mise en garde de la part de la Sûreté de l'Etat).
Selon le plaignant, compte tenu du fait que la jeunesse compte des jeunes de toute couleur de peau, idéologie, croyance ou culture, l'annonceur se devait de choisir des illustrations prenant en compte la nécessité de promouvoir un harmonieux « vivre ensemble ». Le seul moyen d'y parvenir selon lui consiste à gommer dans la mesure du possible les différences qui pourtant existent. En effet, si l'on avait représenté tel jeune arborant une kippa, tel autre une grande croix bien visible, l'objectif visé n'aurait pas été atteint et l'on aurait provoqué, à juste titre, de nombreuses réactions négatives.
L’illustration d'une jeune arborant le foulard musulman, signe ostentatoire et caractérisé d’une importante différenciation d’ordre religieux et ce, qui plus est, sous un slogan ‘annonçant clairement la couleur’ est d'autant plus critiquable que l'excuse de la représentativité de cette jeune personne ne saurait être invoquée (5 % de jeunes femmes belges arborent actuellement un foulard musulman).
Il s’agit pour le plaignant d’un élément publicitaire en faveur du salafisme.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que le projet de Service Citoyen est bien développé à Bruxelles et dans les grandes villes du pays, où le port du foulard est une réalité chez les jeunes femmes, souvent d'origine musulmane, et qui participe de leurs recherches identitaires, culturelles et vestimentaires, qui n'ont rien à voir avec le procès d'intention que le plaignant projette sur le montage photographique. Faire le lien avec le salafisme dans un dépliant totalement orienté sur la citoyenneté, le pluralisme et les valeurs démocratiques est une injure au projet.
La jeune femme sur la photo est réfugiée syrienne et a témoigné en foulard au Sénat de Belgique lors d'un colloque international sur le Service Citoyen devant une assemblée de parlementaires et politiques belges.
Le flyer a été réalisé en collaboration avec des jeunes qui avaient eux-mêmes réalisés un Service Citoyen.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le dépliant pour la promotion du Service Citoyen contient des photos de jeunes, dont une photo d’une jeune femme voilée tenant en mains un globe terrestre, avec un témoignage ainsi que le texte « La société n'existe pas en dehors de nous. Nous sommes la société ! ».

Il a également pris connaissance de la plainte et notamment du fait que le plaignant considère la photo et le texte susmentionnés comme un élément publicitaire en faveur du salafisme.

Le Jury est d’avis que l’annonceur, en représentant des jeunes de différents sexes et de différentes origines ethniques, a notamment illustré les mentions suivantes « Le service citoyen est ouvert à tous (…) Rejoins la prochaine promotion sans tarder ! » et « Une promotion, c’est 20 jeunes, tous différents, qui se rendent utiles ! ».
Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a également noté que le dépliant concerné a été réalisé en collaboration avec des jeunes qui avaient eux-mêmes réalisés un Service Citoyen.

Selon le Jury, l’illustration et le texte en question ne sont pas de nature à être interprétés par le consommateur moyen dans le sens que leur donne le plaignant.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que le dépliant n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne et ne témoigne pas non plus d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur sur ce point.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.