PIERROT FASHION - 12/12/2017

Annonceur: 
PIERROT FASHION
Produit/Service: 
Vêtements
Média: 
Quotidien
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 12 décembre 2017
Description de la publicité

L’annonce pour le magasin de vêtements contient entre autres le texte suivant :
“december = -30% op de hele wintercollectie women & man”.
À côté, une petite photo d’une femme avec un pantalon argenté et le torse nu, qui porte un homme en jeans sur son épaule gauche de sorte que sa poitrine est couverte sauf pour le côté du sein droit. Avec le texte : “Bezoek ook onze outlet, tot -70%”.

Motivation de la plainte

Le plaignant est d’avis que la photo qui fait partie de cette annonce ressemble plus à du porno qu’à de la mode.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que cette image a été utilisée une seule fois dans un quotidien régional, comme illustration d’une action de réduction exceptionnelle. Le thème de l’annonce n’est pas la mode » mais la réduction de 30%. L’image en question s’inscrit en ce sens dans le thème avec un couple suggérant le « rangement », avec la dame dans le rôle principal. Cependant, le fait qu’un lecteur perçoive subjectivement l’image différemment est suffisant pour lui pour ne plus l’utiliser.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que l’annonce pour un magasin de vêtements montre une petite photo d’une femme avec un pantalon argenté et le torse nu, qui porte un homme en jeans sur son épaule gauche de sorte que sa poitrine est couverte sauf pour le côté du sein droit, avec le texte : « Bezoek ook onze outlet, tot -70% ».

Le Jury a estimé que cette image ne contient pas d’élément indécent ou sexuellement dévalorisant et qu'elle n'est pas non plus de nature à être perçue comme pornographique par le consommateur moyen.

Compte tenu du contexte social actuel, le Jury est d'avis que la publicité ne contient pas d'affirmations ou de représentations visuelles contraires aux normes de décence couramment admises et qu'elle ne porte pas atteinte à la dignité humaine.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ce point. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.