PECOTEX MODE - 04/02/2002

Annonceur: 
PECOTEX MODE
Produit/Service: 
Vêtements
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Catégorie: 
Textiles et habillement
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Lundi, 4 février 2002
Description de la publicité

Dans un spot radio on entend une voix masculine qui dit : « Pecotex vous fait savoir que le nombre des pugilats dans les bars karaoké Philippins ont diminué de 50 %, 50 % c'est beaucoup hé ! ». Ensuite on entend une voix féminine chantante : « Pecotex, facilite la mode ».

Motivation de la plainte

Bien que cette publicité ne soit pas en infraction avec la loi antiracisme, elle peut quand même heurter les membres de la communauté Philippine en Belgique.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que le spot n'est contraire à aucune loi et n'est pas dénigrant sur le plan ethnique ou social, d'autant plus que le spot fait partie d'une campagne dans laquelle on ne se réfère pas seulement aux Philippins mais également à l'Ouzbekistan. Chaque fois une baisse de 50% est soulignée et il est clair pour tout le monde qu'on se réfère aux soldes. Il a souligné qu'il s'agit d'histoires inventées dont le plaignant n'a pas saisi l'humour.

Décision du Jury

Le Jury a constaté qu'il n'y a aucun lien entre le thème et l'objet du spot en question. Il a estimé que référence est faite inutilement à un autre peuple d'une façon qui laisse une impression négative, ce que peut heurter une partie du public. Etant donné que l'annonceur affirme qu'il s'agit d'humour, le Jury s'est référé à ses recommandations en la matière lesquelles prévoient que l'humour est soumis à des restrictions et ne peut dès lors pas contenir des allusions péjoratives fondées sur la race, la nation ou le statut économique ou social des personnes. Vu l'art. 81,1° du décret de la Communauté Flamande, l'art. 27,2° du décret de la Communauté Française, l'art 4,4° du Code d'éthique publicitaire du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et l'art. 4 du code CCI qui interdisent la discrimination sur base de la race ou la nationalité dans les messages publicitaires, le Jury a recommandé de ne plus diffuser cette publicité sous quelque forme que ce soit. Etant donné que l'annonceur a confirmé qu'il avait l'intention de se référer aux soldes et le spot radio faisant mention du 2 janvier, le Jury a attiré l'attention de l'annonceur sur l'art. 53de la LPC.

Suite

L'annonceur a confirmé qu'il estime que ce spot n'est pas raciste ni scandaleux, mais qu'il s'excuse auprès des personnes qui ont eu cette impression. Il a dès lors décidé de ne plus diffuser le spot.