ORANGE - 22/02/2019

Annonceur: 
ORANGE
Produit/Service: 
Abonnement Aigle Tout illimité
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Vendredi, 22 février 2019
Description de la publicité

Le spot se déroule ainsi :
Homme : « Quoi ? Déjà plus de data pour rigoler avec les vidéos de tes YouTubers préférés ? C’est pas grave. Tu vas enfin pouvoir ouvrir ce truc un peu épais là et plein de feuilles que ta mère t’a offert à Noël. Comment ça s’appelle déjà ce truc ? Ah ben oui, un livre. »
VO : « Ne tombez plus jamais à court de data. Avec l’abonnement Aigle d’Orange vous surfez, appelez et envoyez des SMS en illimité pour seulement 40€. Vous rapprocher de l’essentiel, Orange. »

Motivation de la plainte

La plaignante a communiqué que cette publicité incite les personnes à utiliser les GSM plutôt que de prendre un bloc de feuilles que la personne a reçu pour sa Noël. Selon elle, la publicité est discriminatoire par rapport aux livres. Alors que si les gens lisaient un peu plus, ils feraient beaucoup moins de fautes dans les SMS.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’il n’a jamais eu l’intention de susciter l’idée qu’il fait la promotion du smartphone plutôt que de lire un livre. Il utilise ici une situation courante chez les adolescents, où l'adolescent ne montre aucun intérêt pour la lecture d'un livre. Et il a exagéré cette situation de manière légère.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot radio fait allusion de manière clairement décalée au fait que les adolescents ne lisent pas tous volontiers.

Selon lui, la mise en scène est tellement exagérée qu’il s’agit clairement de second degré et que le consommateur moyen ne percevra pas ce spot comme une communication portant préjudice à la lecture des livres.

Compte tenu de ce qui précède, il a estimé que ce spot radio n’est pas de nature à discriminer ou à dénigrer les livres.

Le Jury a également estimé que la publicité en question ne jette pas le discrédit sur le goût des parents et qu’elle ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.