MINISTERE DU BIEN-ETRE ET DE LA SANTE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE - 29/03/2001

Annonceur: 
MINISTERE DU BIEN-ETRE ET DE LA SANTE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE
Produit/Service: 
Campagne de sensibilisation
Média: 
Magazine
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Instance officielle
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Avis de réserve
Date de clôture: 
Jeudi, 29 mars 2001
Description de la publicité

Des annonces et affiches montrent des couples stylisés sous forme de petits personnages avec les slogans : “Vrijen zonder praten is kut”; “Bla bla bla en dan pas boem boem boem”, “Zeg dan iets, lul”, “Met je tong kan je ook gewoon lekker praten”.

Motivation de la plainte

Les slogans utilisés dans cette campagne d'intérêt public sont vulgaires et triviaux alors que les autorités publiques doivent donner l'exemple concernant le style et le langage. Les jeunes sont considérés comme des débiles en s'adressant à eux de cette façon. La publicité est indécente, ce qui est contraire à l'art. 2 du code CCI.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait savoir qu'il n'avait pas l'intention de choquer, mais de dialoguer avec les jeunes pour qu'ils fassent l'amour en sécurité et qu'ils montrent du respect dans leurs relations sexuelles avec leur partenaire. Il a insisté sur le fait que les jeunes étaient impliqués dans le choix de cette campagne. 7 projets introduits par plusieurs agences ont été soumis à 3 groupes-cibles de jeunes de l'enseignement professionnel, technique et secondaire général, qui ont choisi à l'unanimité cette campagne, ne la considérant pas comme choquante. Les réactions négatives viennent surtout des adultes et non pas des jeunes pour qui elle a été créée. Les campagnes sur la sexualité provoquent toujours des réactions, mais cette campagne est réussie, étant donné qu'on en parle et que le site web et les centres d'appel téléphonique sont consultés.

Décision du Jury

Après examen, le Jury a estimé que les annonces en question ne sont pas contraires à l'article 2 du code de la C.C.I.. Il a toutefois constaté que le langage utilisé, tout en n'étant pas contraire à la loi ou aux codes, peut heurter une partie du public qui ne se retrouve pas dans un tel langage sur le plan relationnel où on utilise un langage plus respectueux et moins brutal. Le Jury a dès lors formulé un avis de réserves en ce qui concerne le langage utilisé.