MEDIRECT BANQUE - 16/09/2015

Annonceur: 
MEDIRECT BANQUE
Produit/Service: 
MeDirect Banque
Média: 
Quotidien
Magazine
Affichage
Internet
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 16 septembre 2015
Description de la publicité

La publicité montre une photo d’un enfant au bord de la piscine avec deux paires de brassards aux bras et une aux jambes. Il hésite à se lancer. De la piscine, deux mains se tendent vers lui. A côté, le texte « Tirer le meilleur parti de votre argent ? Qu’est-ce qui vous retient encore ? Découvrez notre offre ». En dessous, le logo et medirect.be.

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que sa fille de 13 ans a été choquée par cette pub qui est très dangereuse. Un enfant qui met des brassards aux jambes risque la noyade.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que beaucoup de Belges sont attirés par le rendement potentiellement plus élevé des placements mais qu’ils ont en même temps une peur injustifiée de procéder aux placements en ligne. Les émotions, l’incertitude, l’incrédulité et une aversion pour le risque font en sorte qu’on hésite à commencer à faire des placements. Par cette campagne, l’annonceur veut démontrer que la peur de faire des placements est souvent irrationnelle et injuste. Faire des placements n’est pas forcément compliqué et même une approche simple peut occasionner un succès à long terme. Celui qui évite les erreurs fréquentes et se laisse bien conseiller, a déjà bien commencé.
Les brassards et les mains/le parent qui attrapent l’enfant sont une métaphore de l’aide de MeDirect pour les placements. Pour le souligner, on a non seulement attaché des brassards aux bras, mais aussi aux jambes. La présence de brassards aux bras et aux jambes et du parent dans la piscine a comme but de montrer que l’annonceur offre l’aide et l’apaisement nécessaire pour un investisseur débutant. Il n’a pas pour but d’inciter les gens à utiliser les brassards de la façon présentée.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que la publicité montre un enfant au bord de la piscine avec deux paires de brassards aux bras et une aux jambes. Il hésite à se lancer. De la piscine, deux mains se tendent vers lui.

Le Jury a noté que le visuel est utilisé pour rassurer le consommateur et l’inviter à se faire conseiller par l’annonceur.

Le Jury a estimé que la publicité ne montre pas l’enfant dans une situation dangereuse et n’encourage pas non plus les enfants ou adolescents à adopter un comportement dangereux.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a dès lors estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.