MEDIRECT BANQUE - 09/04/2020

Annonceur: 
MEDIRECT BANQUE
Produit/Service: 
Compte d’épargne
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Jeudi, 9 avril 2020
Description de la publicité

Le spot radio se déroule ainsi :  
VO: “Medirect.be maakt sparen weer interessant. Dus beste Belgen, het is tijd om uw spaarvarken terug wakker te maken.” 
Femme: “Goh, allez, die wordt niet wakker. Probeerde gij eens?” 
Homme: “Maar die gaat honger hebben als die wakker wordt eh. Open al maar een spaarrekening bij MeDirect.” 
Femme: “Wacht ik ga eens aan dat staartje trekken.” (cri d’un porc)  
Homme + Femme: “Aah, daar is ‘em.” 
VO: “Maak uw spaarvarken snel wakker want MeDirect maakt sparen weer interessant. Ontdek het nieuwe sparen op medirect.be. De Belgische fondsenbank waar sparen ook interessant is.”  

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que le spot indique de tirer la queue d’un cochon pour un rendement maximum et s’est référé à une page web du gouvernement flamand concernant le transport d'animaux où on lit qu'il est interdit de tirer la queue d’un cochon. Selon lui, même si le cri est (probablement) fictif, la publicité donne un très mauvais signal relatif à une action interdite. 

Position de l'annonceur

Le Jury a examiné la publicité en question dans le cadre des articles 4 et 6 de son règlement (voir www.jep.be, rubrique « Plus d’info – Règlement du Jury ») qui disposent qu’en cas d’irrecevabilité, d’infractions manifestes ou d’absence manifeste d’infractions, l’annonceur n’est pas invité à communiquer son point de vue.  

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui le concerne. 

Il a constaté que le spot radio met en scène une situation irréaliste où un homme et une femme parlent clairement de leur tirelire qui dort et non pas d’un vrai cochon. 

Le Jury est d’avis que ce spot ne doit donc pas être interprété au premier degré mais qu’il représente clairement une scène fictive où l'approche humoristique ressort incontestablement. 
Selon le Jury, les termes utilisés n’appellent pas non plus à la cruauté ou à un autre comportement inconvenant envers les animaux mais ont comme seul but de renvoyer de manière humoristique au compte d’épargne de l’annonceur à l’aide de l’image bien connue de la tirelire. 

Compte tenu de la nature caricaturale du spot en question, le Jury a estimé que son contenu n’est pas de nature à être considéré comme choquant par le consommateur moyen et ne témoigne pas non plus d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur sur ce point. 

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ce point.  

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.