MASTER FOODS - 30/09/2005

Annonceur: 
MASTER FOODS
Produit/Service: 
Twix
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Produits alimentaires
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Vendredi, 30 septembre 2005
Description de la publicité

Un spot TV montre un couple amoureux qui fait une ballade en tandem dans la nature. L'homme se trouve à l'avant et voit une branche d'arbre qui dépasse. Il s'abaisse tandis que la femme qui n'a pas perçu le danger, se cogne la tête contre la branche et tombe du vélo. Un panier dans lequel se trouve un Twix est attaché au guidon. L'homme prend ce Twix et le mange avec beaucoup de satisfaction. Pendant que ces images sont montrées on entend une voix masculine : « Catherine récita à voix basse le poème qu'elle aimait tant, Jean lui décrit les tableaux qu'il voyait en rêve et dans ses songes, il lui envoya un baiser invisible. ». A la fin un Twix apparaît à l'écran avec le slogan : “Twix. Two for you.”

Motivation de la plainte

Cette publicité banalise la violence envers les femmes et renforce les stéréotypes machistes: l'homme conduit (actif), la femme est à l'arrière (passive). Cette publicité n'élève pas l'image de l'homme, il paraît égoïste et prêt à être violent pour se satisfaire.
 

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait savoir que le spot a pour but de communiquer, d'une façon humoristique, le message de la campagne, à savoir « Trop bon pour partager ». A cet effet, il fait appel à différentes approches de style qui lui permettent d'en rajouter et d'expliquer au consommateur qu'il ne s'agit pas d'une situation réelle.

L'annonceur a rappelé qu'au début du spot, il montre un couple qui fait une ballade en tandem dans la nature et que le caractère franchement peu naturel de l'harmonie et de la dualité est accentué à la fois par le contexte blanc et noir et par la voix hors écran qui, sur un ton ampoulé, rappelle la France, comme le fait d'ailleurs le fonds musical particulièrement harmonieux. Cette harmonie est brusquement perturbée lorsque la jeune femme, aux allures d'un vrai slapstick classique (cfr. Laurel et Hardy) se heurte à une branche et tombe du vélo.

L'annonceur a par ailleurs précisé que préalablement à la mise en circulation du spot en question, il l'a soumis à une série de tests en Allemagne afin de s'assurer que son interprétation par son public cible soit dans la ligne de ses objectifs. Selon l'annonceur, il ressort de cette enquête que les images sont spontanément associées aux notions « amusant », « drôle » et « surprenant » ; il n'y a aucune référence à la « méchanceté ». Toujours selon cette enquête menée par l'annonceur, l'appréciation des femmes s'est avérée plus positive par rapport à celle des hommes.

Décision du Jury

Compte tenu du caractère humoristique de la publicité notamment accentué par la manière dont le spot a été construit, le Jury a estimé que dans ce contexte celui-ci n'est pas susceptible d'être perçu comme une banalisation de la violence envers les femmes, ni de nature à renforcer des stéréotypes.

A défaut d'infractions aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a donc estimé n'avoir pas de remarques à formuler.