LOVANIUM - 22/02/2019

Annonceur: 
LOVANIUM
Produit/Service: 
Club sportif – action pour les étudiants
Média: 
Autre média
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Sport et loisirs
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Vendredi, 22 février 2019
Description de la publicité

Le dépliant « Lovanium Tennis-Squash Leuven » pour une action pour les étudiants montre en haut l’image d’une femme vue de dos. Elle est penchée en avant et porte un top, un short très court et une raquette de squash en main. Sur la photo, le texte « squash – 6euro ».
La photo en dessous montre un homme qui saute avec une raquette de tennis en main. Il porte un t-shirt blanc et un short. Sur la photo, le texte « tennis – 12euro ».

Motivation de la plainte

La plaignante trouve l’image de la femme suggestive et sans aucune valeur ajoutée pour transmettre le message. Elle trouve la publicité inconvenante et même à la limite du sexisme.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que le dépliant est uniquement utilisé dans son club de sport comme annonce/publicité pour les étudiants. Il ne peut que regretter qu’il y ait des gens qui trouvent ce dépliant irresponsable et même sexiste et a encore ajouté : 'De gustibus et coloribus non disputandum'.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que la femme qui porte un short très court est montrée dans une pose suggestive. L’homme en dessous, au contraire, est montré dans une pose sportive.

Il est d’avis que la publicité en question exploite l’image du corps de la femme d’une manière inconvenante et la réduit à un objet sexuel.

Vu ce qui précède, le Jury est d’avis que l’utilisation de l’image de la femme ainsi représentée est déplacée pour communiquer un message commercial concernant une action pour les étudiants dans un club de sport.

Compte tenu de la manière dont la femme est représentée en l’espèce, le Jury a estimé que la publicité est dénigrante pour la femme et porte atteinte à sa dignité humaine.

Sur la base des articles 4, alinéa 1 et 12 du Code de la Chambre de Commerce Internationale et des points 3 et 4 des Règles du JEP en matière de représentation de la personne, le Jury a donc demandé à l’annonceur de modifier la publicité en question et à défaut de ne plus la diffuser.

Suite

L’annonceur a communiqué qu’il apportera les modifications nécessaires au dépliant.