LOTERIE NATIONALE - 15/06/2016

Annonceur: 
LOTERIE NATIONALE
Produit/Service: 
Billets à gratter 'Cash'
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 15 juin 2016
Description de la publicité

Le spot montre une famille à table.
Le fils s’adresse à ses parents : « Maman, papa, on voudrait acheter des tickets pour un festival ».
La mère semble intéressée.
Fils : « Est-ce qu’on pourrait avoir un peu d’argent ? ».
La mère tombe soudain avec la tête dans son assiette et le père s’endort en ronflant. Quand la mère regarde un moment son fils de côté et que celui-ci tente à nouveau de lui parler, elle retourne vite le visage dans son assiette.
Voix-off masculine et texte à l’écran : « Want extra Cash ? Play Ca$h ».
A la fin, on voit les billets à gratter et le mot « new ».
Voix off féminine : « Jouez maintenant à Cash, les nouveaux billets à gratter avec lesquels vous pouvez amasser pas mal de cash. ».
En dessous, à côté du logo de l’annonceur, en petits caractères : « Pour que le jeu reste un plaisir, fixez vos limites, interdit au – 18 ans ».

Motivation de la plainte

Le plaignant a fait part de son indignation à propos de cette campagne.
L’achat de billets de loterie est en effet interdit aux mineurs et selon lui, l’âge des jeunes dans le spot est difficile à déterminer à première vue.

Indépendamment de cela, cette forme de publicité est déplacée selon lui, pour les raisons suivantes :

- Premièrement, parce qu’on représente clairement un jeune comme acheteur potentiel d’un billet à gratter.

- Deuxièmement, parce qu’on renvoie explicitement à un type d’activité, à savoir les festivals qui sont particulièrement populaires chez les jeunes et également chez les jeunes mineurs.

- Troisièmement, parce qu’on donne l’illusion que la solution pour un manque d’argent, d’argent de poche ou d’argent pour financer les temps libres, se trouve dans l’achat d’un billet à gratter avec le gain immédiat de ‘cash’.

Position de l'annonceur

L’annonceur s’est tout d’abord référé à sa mission légale de canaliser les joueurs et leur comportement de jeu en Belgique et de procurer le plaisir de jouer à un large groupe de personnes en offrant des jeux récréatifs. Il veille toujours via sa politique de produits à ne pas entraîner de risque de dépendance au jeu. Son obligation de canalisation implique qu’il attire par une offre moderne et attractive les amateurs existants de jeux de hasard, de paris et de concours, sans étendre le marché. A cet effet, il fait connaître ses produits au public via des campagnes publicitaires adéquates qui répondent aux normes reprises dans le Code de publicité éthique et responsable.

Dans le cadre de sa politique de jeu responsable, l’annonceur consacre toujours une attention particulière à la diffusion d’un message correct visant le public cible voulu.

Plus spécifiquement par rapport à la plainte, il tient tout d’abord à souligner que, contrairement à ce que prétend le plaignant, à aucun moment un mineur n’est représenté dans le spot. Toutes les personnes qu’on voit sont clairement majeures.

Deuxièmement, la plainte souligne qu’on revoie à un type d’activité qui est particulièrement populaire chez les jeunes et également chez les jeunes mineurs. On ne peut cependant aucunement affirmer que cette activité est une activité qui s’adresse exclusivement ou principalement à des mineurs, Les festivals sont sans discussion un type d’activité qui attire un très large groupe de la population belge, même si l’annonceur, dans le cadre de sa politique de canalisation, doit également s’adresser au groupe d’âge des 18-35 ans.

Troisièmement, la plainte affirme que le spot donnerait l’impression que l’achat d’un billet à gratter serait promu comme solution à des problèmes financiers. A aucun moment cependant le spot ne montre de situation qui exploiterait les problèmes financiers d’acheteurs potentiels. Il n’est nulle part insinué que les joueurs potentiels ne seraient pas en état de payer leurs dettes ou factures.

Sur la base des éléments ci-dessus, l’annonceur est d’avis qu’il veille soigneusement à ne pas donner la fausse impression que la participation à un jeu de hasard peut être une manière de résoudre des problèmes financiers. Il ne s’adresse pas non plus à des mineurs.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot TV en question et de la plainte introduite par rapport à ce spot.

Suite à la réaction de l’annonceur, il a également pris note de sa mission légale de canaliser le comportement de jeu en Belgique et de procurer le plaisir de jouer à un large groupe de personnes, dont le groupe d’âge des 18-35 ans, en offrant des jeux récréatifs.

En ce qui concerne le spot TV en question, le Jury est d’avis que tous les protagonistes sont clairement majeurs.

Il est de plus d’avis qu’aller à un festival, l’activité à laquelle se réfère le spot, n’est pas un type d’activité qui s’adresse spécifiquement ou principalement au groupe des mineurs.

Le Jury est dès lors d’avis que le spot en question ne vise pas les mineurs et ne les incite pas non plus à jouer.

Il est enfin d’avis que le spot ne diffuse pas le message que la participation à un jeu de hasard pourrait être une façon de résoudre de réels problèmes financiers ou que les temps libres devraient être financés via les gains de jeux de hasard.

Sur la base de ce qui précède, le Jury a estimé que le spot TV ne constitue pas sur ces points une infraction au Code de publicité éthique et responsable de la Loterie Nationale et ne témoigne pas non plus d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a dès lors estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.