LIDL - 20/03/2017

Annonceur: 
LIDL
Produit/Service: 
Magasin en ligne Lidl
Média: 
Autre média
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Commerce et distribution
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Lundi, 20 mars 2017
Description de la publicité

L’affiche montre à gauche un matelas avec le texte « pour faire des bébés » et à droite un body pour bébé avec le texte « pour les habiller ». En dessous, « Tout est sur lidl-shop.be » et le logo de l’annonceur.

Motivation de la plainte

Le plaignant a communiqué que son fils de 10 ans a été choqué par le sous-entendu du texte qui suggère un acte sexuel.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué que l’affiche cadre dans un concept plus large de communications POS en support du magasin en ligne de Lidl Belgique. Il a voulu mettre en avant la largeur de l’offre du magasin en ligne, en montrant une multitude de produits. Le message a été créé de manière ludique et montrait la diversité de l’assortiment offert.
L’expression dont il est question est donc plutôt une donnée fragmentaire dans cette campagne. Les affiches n’ont été diffusées que dans et autour du magasin. L’affiche concernée n’est montrée de manière isolée sur aucun support et l’expression n’est qu’une partie du clin d’œil avec lequel l’annonceur a créé sa campagne.
Il est conscient qu’un tel clin d’œil humoristique demande une grande prudence et renvoie aux règles en matière d’humour dont il ressort que cette communication n’est pas contraire aux règles imposées. Il regrette qu’en 2017 cette communication humoristique ait été ressentie comme inconvenante par un individu.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que l’affiche en question montre à gauche un matelas avec le texte « pour faire des bébés » et à droite un body pour bébé avec le texte « pour les habiller ». En dessous, « Tout est sur lidl-shop.be » et le logo de l’annonceur.

Suite à la réponse de l’annonceur, le Jury a noté que cette affiche est l’une des communications publicitaires, basées sur le même principe de la diversité des produits, utilisées pour faire la promotion du magasin en ligne de l’annonceur.

Le Jury a estimé que la publicité ne contient pas d’élément visuel ou textuel contraire aux convenances selon les normes actuellement admises et n’est pas de nature à pouvoir causer un préjudice moral à des enfants.

Le Jury a également estimé que la publicité ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale dans le chef de l’annonceur.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.