LETGO - 15/03/2017

Annonceur: 
LETGO
Produit/Service: 
Letgo
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 15 mars 2017
Description de la publicité

Le spot TV montre un couple qui sort un drone de sa boîte et le fait voler dans le living. Leur chat s’y accroche et est trimbalé de tous côtés contre les meubles. L’homme essaie de contrôler la manette et la femme regarde d’un air horrifié jusqu’à ce que le chat tombe sur elle.
On entend le chat miauler. Ils ont un air dépité et l’homme dit : « Ce ne serait pas mieux de le mettre sur Letgo ? ». La femme acquiesce. On la voit avec le chat dans les bras et l’homme utiliser son smartphone.
VO : « Prenez en photo, postez, chattez avec l’acheteur et c’est vendu. Letgo, l’app pour vendre facilement vos affaires en ligne. ».
On voit ensuite un drone apporter un paquet de chips à un homme assis dans un divan.

Motivation de la plainte

1) Le plaignant souligne le non-respect du bien-être animal.

2) Le plaignant a communiqué que cette publicité est très agressive aux yeux de personnes sensibles au bien-être des animaux.

Position de l'annonceur

L’agence de l’annonceur a communiqué que le bien-être des animaux est pour elle primordial et qu’elle a travaillé uniquement avec des dresseurs professionnels pour la réalisation de ce spot. Elle a précisé que le chat et le drone n’ont jamais été dans la même pièce en même temps. Ils ont été shootés séparément pour assurer la sécurité de l’animal. Le chat suspendu au drone est un chat factice.
L’agence reconnaît que la publicité est incroyablement réaliste mais l’ensemble du tournage a été réalisé avec le plus grand respect des animaux.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que le spot TV met en scène un couple qui sort un drone de sa boîte et le fait voler dans le living jusqu’à ce que leur chat s’y accroche.

Le Jury est d’avis que de l’ambiance générale du spot, il ressort que cet accident indispose et horrifie les protagonistes. Il est également d’avis qu’il n’y a pas de malveillance de leur part envers le chat. Ils décident en effet de vendre le drône et la femme prend le chat dans ses bras pour le câliner.

Selon le Jury, le spot représente une scène clairement fictive qui n’incite pas à un comportement non respectueux envers les animaux.

Par ailleurs, le Jury a pris connaissance des informations communiquées par l’agence publicitaire quant au tournage du spot TV et a notamment noté que le chat suspendu au drone est un chat factice créé pour le spot et qu’aucun vrai chat n’a été placé dans une situation inconfortable ou dangereuse.

Compte tenu des éléments qui précèdent, le Jury a estimé que la publicité ne témoigne pas d’un manque de juste sens de la responsabilité sociale.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.