LA TRIBUNE DE BRUXELLES - 07/12/2006

Annonceur: 
LA TRIBUNE DE BRUXELLES
Produit/Service: 
Hebdo 'La Tribune de Bruxelles'
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Culture et éditions
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Jeudi, 7 décembre 2006
Description de la publicité

Un spot radio contient la scène suivante : Voix masculine : « Prenez un Japonais. Scène ». Japonais : « Photo ». Voix masculine : « Déposez le en plein Bruxelles. Glissez lui dans les mains la Tribune de Bruxelles. Observez-le ». Japonais : « Photo ». Voix masculine : « Une quarantaine de pages plus tard notre capitale n'a plus rien de chinois pour notre Japonais. Il est devenu plus Bruxellois qu'un Bruxellois ». Japonais : « Photo ». Voix masculine : « Pour parler aux Bruxellois vous verrez y a pas photo y a la Tribune de Bruxelles. L'hebdo incontournable le plus complet et le plus Bruxellois ».
Autre voix masculine : « La Tribune de Bruxelles est chaque jeudi dans La Libre, la DH, les Delhaize et les stations de metro de la Stib. www.tribunedebruxelles.be. Les Bruxellois parlent aux Bruxellois ».

Motivation de la plainte

Cette publicité est de très mauvais goût : elle met en scène une personne
Japonaise réduite au cliché le plus pitoyable (caricature inadmissible) et flirte constamment avec un racisme inadmissible.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que ce spot est sur les antennes belges depuis 2002 et n'a suscité aucune réaction. Il a expliqué que tout, dans ce spot, est basé sur de l'humour sans aucun caractère raciste. Il a souligné que ce spot n'a ni l'intention de nuire, ni de contenu raciste, ni de propos pouvant porter atteinte à qui que ce soit en Belgique ou ailleurs.

Décision du Jury

Le Jury a estimé que la publicité en question est clairement réalisée sous forme de clin d'œil et est de nature à être perçue au second degré par le consommateur moyen. Il a estimé que ce spot radio ne comporte aucune forme de discrimination du point de vue de la race ou de l'origine du japonais visé dans cette publicité.

A défaut d'infractions aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler.