KRUIDVAT - 26/05/2021

Annonceur: 
KRUIDVAT
Produit/Service: 
Produits pour bébé
Média: 
Télévision
Critères d'examen: 
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Autres biens et services
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mercredi, 26 mai 2021
Description de la publicité

Le spot montre une femme qui annonce qu’elle va devenir maman à une autre femme. Cette dernière se rend dans un magasin pour y faire des achats avec son fils. Elle y voit une femme et son nouveau-né qu’elle regarde de manière attendrie. Ils arrivent ensuite chez la femme enceinte qui se trouve devant chez elle avec le papa. Le petit garçon tient un cadeau en main et regarde la femme puis l’homme et son ventre.
La voix-off dit entre autres : « Oui, Kruidvat est là, pour tous les papas et toutes les mamans ».
Le garçon tend alors le paquet à l’homme en disant : « Pour le bébé ! ». Sa maman, embêtée, le dirige vers la femme.

Motivation de la plainte

La plaignante trouve cette publicité sexiste car elle limite la femme à son rôle de mère tout en écartant l'homme de son statut de parent. On voit trois femmes dans la publicité, toutes ramenées au rôle de mère. Selon la plaignante, en empêchant l'enfant d'offrir le cadeau de félicitations pour la naissance au futur père, et seul homme adulte de la publicité, le message peut être que la grossesse et la parentalité ne dépendent que du rôle de la femme.

Position de l'annonceur

L'annonceur est d'avis que le contenu et l'intention du spot n'ont pas été correctement interprétés et considère donc la plainte injustifiée et infondée.

La plainte présume que le cadeau ne serait pas offert au père parce qu'il serait un homme mais, comme on peut le voir dans la publicité, l'enfant veut d'abord offrir le cadeau à l'homme parce qu'il pense que l'homme est enceinte à cause du ventre de l'homme. L'enfant regarde explicitement le ventre de l'homme puis dit "pour le bébé".

Le message n'est donc en aucun cas que la grossesse et la parentalité dépendraient uniquement du rôle de la femme. Justement pas vu que l'enfant dans la publicité veut offrir le cadeau à l'homme en premier lieu parce qu'il pense avoir affaire à celui qui est enceinte.

Selon l'annonceur, la publicité contient un clin d'œil et une nuance humoristique. Les goûts peuvent bien sûr différer à ce sujet (le goût est subjectif) mais il considère que la publicité est certainement autorisée et n'est pas contraire à la loi/aux codes à cet égard.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot TV et de la plainte qui le concerne.

Il a constaté que la publicité montre trois femmes en tant que mères, et un homme en tant que père, et ceci dans une mise en scène destinée à faire la promotion des produits pour bébé de l’annonceur.

Suite à la réponse de l'annonceur, il a noté que celui-ci a constaté que la publicité en question a été mal interprétée dans la plainte. En effet, avec un clin d’œil humoristique, celle-ci montre que le garçon veut offrir le cadeau à l’homme en pensant que celui-ci porte le bébé, et que sa maman le dirige alors vers la femme car elle est embêtée que son fils ait réagi ainsi à la vue du ventre de l’homme.

Le Jury est d'avis que le spot en question ne laisse pas sous-entendre que la parentalité ne dépend que du rôle de la femme et qu’il ne sera donc pas perçu par le consommateur moyen dans le sens que lui donne la plaignante.

Il est également d'avis que le spot TV n'est pas de nature à contribuer à perpétuer un stéréotype sexiste allant à l'encontre de l'évolution de la société.

Le Jury a dès lors estimé que la publicité en question n'est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne sur ces points.

A défaut d’infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, le Jury a estimé n’avoir pas de remarques à formuler sur ces points.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.