KRËFEL - 14/03/2017

Annonceur: 
KRËFEL
Produit/Service: 
Krëfel
Média: 
E-mailing
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Commerce et distribution
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 14 mars 2017
Description de la publicité

L’e-mail avec le sujet « Célébrez la Journée internationale de la femme avec Krëfel ! » contient entre autres le texte suivant :
« Ode aux femmes.
Chaque année, le 8 mars est la meilleure occasion pour exprimer votre appréciation aux femmes spéciales dans votre vie.
Chouchoutez donc bien aujourd'hui votre petite amie, femme, sœur, fille ou vous-même. Avez-vous peut-être besoin d'aide ?
Cela tombe bien, car nous sommes des experts en chouchoutage ! Découvrez nos appareils en soin des cheveux et beauté, nos beaux smartphones, télévisions et encore d'autres produits sur notre boutique en ligne ou dans un de nos 75 points de vente.
Nous vous accueillons chaleureusement. »

Motivation de la plainte

Le plaignant trouve le contenu de l’e-mail déplacé. Selon lui l’annonceur doit se renseigner sur la signification de la journée de la femme avant d'adresser des communications aussi réductrices.

Position de l'annonceur

L’annonceur a communiqué qu’avec ses lettres d’information, il essaie chaque fois de jouer sur l’actualité. C’est pourquoi il a mentionné la journée de la femme.
Il a choisi la journée de la femme comme sujet dans la lettre d’information justement pour attirer davantage l’attention de ses lecteurs et clients sur cette journée importante.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance de l’e-mailing en question et de la plainte qui le concerne.

Le Jury tient tout d’abord à souligner qu’il ne ressort pas de sa compétence de se prononcer sur le simple fait qu’il est suggéré de donner un cadeau à l’occasion de la journée de la femme et qu’il ne peut se prononcer que sur le contenu spécifique de la publicité en question.

En ce qui concerne le contenu de la publicité même, le Jury est d’avis que le texte ne contient pas de connotation négative à l’égard des femmes.

Le Jury est d’avis que la publicité n’est pas de nature sexiste, discriminatoire ou dénigrante à l’égard des femmes.

Le Jury a donc estimé que la publicité n’est pas contraire aux Règles du JEP relatives à la représentation de la personne.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ce point.

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.