KONINKLIJKE SANDERS (NL) - 30/04/2002

Annonceur: 
KONINKLIJKE SANDERS (NL)
Produit/Service: 
Van Gils/Basic instinct
Média: 
Affichage
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Instance officielle
Catégorie: 
Produits cosmétiques
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 30 avril 2002
Description de la publicité

Une affiche pour un parfum pour hommes montre un homme au torse nu qui est couché sur son dos tête à l'avant-plan. Une femme avec un top noir et les cheveux défaits le chevauche et lui tient les poignets à hauteur de la tête. Slogan : « Van Gils. Basic instinct. Eau de toilette for men ».

Motivation de la plainte

Cette représentation est dénigrante pour la femme. Elle comporte un danger social parce qu'elle donne une image erronée de la femme représentée comme un objet de plaisir qui ne pense qu'au sexe et est partie demandeuse. Il est indécent de diffuser pareilles images sur la place publique où tout le monde et donc également les enfants y sont confrontés.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir que l'industrie du parfum doit son existence au fait que les gens souhaitent se sentir attrayants en utilisant du parfum et que la publicité fait donc allusion à l'attrait entre l'homme et la femme. Il a souligné que la publicité ne fait pas usage de rôles stéréotypés où la femme serait mise dans une position dénigrante et que la campagne n'est donc pas discriminatoire. La publicité illustre la relation entre homme et femme et il revient à celui qui la voit de décider lui-même jusqu'où il veut aller dans son interprétation selon ses fantasmes.

Décision du Jury

Compte tenu de l'évolution de la société et le lien avec le produit, le Jury a estimé que cette représentation n'est pas dénigrante vis-à-vis de la femme et ne porte pas atteinte à sa dignité humaine. La femme est effectivement montrée dans une position dominante, mais sans caractéristiques sexuellement méprisantes ou indécentes. Etant donné qu'il n'a pas constaté d'infractions aux dispositions légales ou autodisciplinaires, il a estimé dès lors n'avoir pas de remarques à formuler.