KLINIEK BEAUCARE – DR WEVER – GEZONDHEID NV - 05/04/2019

Annonceur: 
KLINIEK BEAUCARE – DR WEVER – GEZONDHEID NV
Produit/Service: 
Lifting
Média: 
Internet
E-mailing
Critères d'examen: 
Légalité
Autres
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Santé
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Vendredi, 5 avril 2019
Description de la publicité

Le site web gezondheid.be contient la publication suivante avec 3 liens vers le site web de Kliniek BeauCare :
“Facelift (halslift en wenkbrauwlift)
dossier
[Een facelift] (lien vers le site web Kliniek BeauCare) is een operatie waarbij de plooien en rimpels van de gezichtshuid worden strakgetrokken, meestal samen met de dieper gelegen weefsellagen. Deze ingreep gebeurt onder volledige verdoving. Bij de klassieke facelift wordt een incisie gemaakt van voor het oor tot achter het oor. De huid wordt aangespannen, de onderhuidse weefsels (spieren en vet) gecorrigeerd en het huidoverschot verwijderd. Een facelift neemt ongeveer drie uur in beslag en vindt plaats onder algemene verdoving. U kunt de dag van uw facelift nog naar huis.

De macs-lift of minilift of S-lift
[De minifacelift] (lien vers le site web Kliniek BeauCare) is op dit moment een veel gevraagde ingreep die zachter en eenvoudiger is dan de klassieke facelift.
De macs-lift (Minimal Access Cranial Suspension), S-lift, soft lift of ook wel minilift is een geavanceerde techniek voor natuurlijke gezichtsverjonging. De macs-lift heeft vooral effect op de hals, de kaaklijn en hamsterwangen. De macs-lift is minder ingrijpend dan de klassieke facelift. De macs-lift garandeert duurzame resultaten, een kleinere incisie en dus een sneller genezingsproces. De ‘mini’ in minilift staat dus voor mini litteken en mini herstelperiode!
De ingreep kan worden uitgevoerd onder plaatselijke verdoving. De chirurg maakt een sneetje in het haar ter hoogte van de slapen en boven het oor. Het litteken loopt verder in het oor. De huid van het gezicht wordt enigszins aangespannen (niet de hals) om een heel harmonieus effect te verkrijgen met een natuurlijke verjonging van het gezicht tot gevolg. Als er sprake is van een dubbele kin, kan er tegelijkertijd een liposculptuur van de kin uitgevoerd worden.

Halslift
Hierbij wordt een lift van de halsregio gedaan. De littekens bij deze operatie lopen verder naar achteren dan bij de vorig beschreven operatie, dwz tot achter het oor en in de nekhaarlijn, om een maximaal resultaat (lift) van de halshuid te verkrijgen. Soms wordt ook een sneetje gemaakt onder de kin om het onderhuids vetweefsel te verwijderen en het onderhuids bind - en spierweefsel strakker te hechten. (=liposculptuur van de kin)

Full-Facelift
Bij de full facelift wordt vanaf het middelste deel van het gezicht tot en met de hals, vet - en huidweefsel weggenomen en de spieren ingekort. Hiertoe maakt de arts een snede vanaf de haarlijn boven de slaap via de natuurlijke plooi voor en achter het oor naar de achterkant van het hoofd. De huid wordt hierna losgemaakt van het weefsel en de spieren. Overtollig vet wordt weggenomen en de spieren worden korter gemaakt. De huid wordt teruggelegd en strak getrokken en het teveel aan huidweefsel wordt verwijderd. Hechtingen worden in meerdere lagen aangebracht om de trekkrachten op de huid te verdelen. Indien gewenst wordt ook nog een snede in de plooi onder de kin gemaakt om ook de voorste halsspieren strakker te kunnen trekken.

Wenkbrauwlift / Voorhoofdslift
Bij de wenkbrauwlift/voorhoofdslift worden de uitgezakte wenkbrauwen en voorhoofdshuid gelift. Alhoewel de wenkbrauwen en voorhoofd één geheel vormen met het aangezicht, wordt deze operatie vaak apart verricht en behoort het niet bij een Full-Facelift. Wel wordt deze operatie vaak gecombineerd met een bovenooglid - en onderooglid correctie.

Praktisch
Voor de operatie heeft U een uitgebreid gesprek met de arts. Wanneer U geneesmiddelen gebruikt moet U dit aan de arts melden. Bepaalde medicijnen (vb. aspirine) mag U 10 dagen voor de operatie niet meer innemen. Daarnaast moet U 4 weken van tevoren stoppen met roken. Roken vernauwt namelijk de bloedvaten waardoor wondstoornissen en zelfs wondversterf na de operatie kan optreden.
Na afloop van een facelift wordt het gezicht ondersteund door een elastische muts. Dit dient als verband en moet ongeveer 5-7 dagen blijven zitten. Na de operatie zijn uw gezicht en uw hals gezwollen en verkleurd. Dit duurt gemiddeld twee weken maar over het algemeen hebt U weinig last en pijn. Eén tot twee weken na de operatie worden de hechtingen verwijderd. Een facelift heeft dezelfde risico’s als elke andere ingreep. Er bestaat een kans op een nabloeding of er kan een infectie optreden. Soms kan een gezichtszenuw tijdelijk uitgeschakeld zijn en aanleiding geven tot tijdelijke verlammingsverschijnselen, vb een hangende mondhoek of niet geheel kunnen sluiten van een ooglid. Gelukkig komen deze ernstige complicaties bijna nooit voor. Ook kunnen er na een facelift wat plekjes met vochtophoping of wat stuggere plekjes op het gezicht ontstaan. Deze gaan vanzelf weer weg, maar U kan ze ook laten behandelen door een schoonheidsspecialiste.
Het uiteindelijk resultaat van een facelift is pas zichtbaar na enkele weken.
Bij een facelift wordt de huid weer glad en strak gemaakt, maar de rimpels in uw gezicht die ontstaan zijn als gevolg van de wijze waarop U lacht en praat, zullen hierdoor niet verdwijnen. Deze rimpels maken deel uit van uw gelaatsexpressie en blijven altijd aanwezig. Ook de fijne rimpels rond uw mond en oogleden zullen door deze operatie niet geheel verdwijnen. Hiervoor moeten er aanvullende behandelingen ondergaan worden. U kan dit bespreken met de arts en vragen wat voor U de beste oplossing is. Ook moet U er rekening mee houden dat het natuurlijk verouderingsproces van uw huid niet door een facelift gestopt wordt. Na de operatie zal, net als ervoor, de elasticiteit van de huid geleidelijk verloren gaan.
[Meer weten over facelift?] (lien vers le site web Kliniek BeauCare)”

Sous cette publication ou entre ses textes se trouvaient en sus des bannières relatives à la clinique du Dr Wever, avec une photo “avant-après” du cou d’une femme, le logo de la clinique et respectivement, les textes :
- “Facelift – Internationale reputatie. Frequente spreker in het buitenland. Bekijk foto’s.”;
- “Overweegt u een Facelift? Maak vrijblijvend een afspraak – kliniek drwever – Meer informatie”.

Il est également renvoyé à la publication sur le site web gezondheid.be via un lien dans la lettre d’informations de ce site web ayant comme sujet “Cerebrale Parese of hersenverlamming van a tot z | Doe de gehoortest | Wat gebeurt er bij een facelift? | Strengere controle op gojibessen | Het dieet dat onze planeet kan redden”.

Motivation de la plainte

La plaignante s'est référée à une lettre d'information du site web gezondheid.be avec une rubrique sur les corrections faciales et a indiqué qu'avec un clic elle arrive alors chez Kliniek BeauCare et aussi directement chez Dr Wever et peut ensuite entre autres prendre rendez-vous.
Cela lui semble être de la publicité pure et simple pour un service médical utilisant des techniques spécifiques de médias sociaux, sous le prétexte de "santé". Elle se demande si cela est autorisé et n'est pas contraire à un certain nombre de règles juridiques et éthiques. Les professions médicales ne peuvent pas faire de publicité ; un raccourci pratique a été trouvé ici pour le faire.

Position de l'annonceur

Le Jury a demandé une réaction aux deux cliniques d’esthétique mentionnées – d’une part la clinique Dr Wever et d’autre part Kliniek BeauCare – ainsi qu’à l’éditeur du média concerné – Gezondheid NV.

Réaction Dr Wever:

Dr Wever a communiqué que le site web gezondheid.be lui était inconnu. Maintenant qu'il est apparu que ce site web, via Google Adsense, ouvre certains emplacements pour de la publicité, il suppose que cela a permis à la plaignante de voir des communications de sa clinique.
Il n'a jamais consciemment placé ses communications sous le titre "santé", pas même sur le site web susmentionné. Il n'a jamais eu connaissance d'une éventuelle publication de son nom sur le site/dans la lettre d'information de gezondheid.be
Par mesure de précaution, il a toutefois immédiatement ajusté ses annonces en fonction de la région en utilisant Google-ads.

Réaction Kliniek BeauCare:

Kliniek BeauCare a communiqué ne diffuser ici que des informations professionnelles (autorisées) et pas de publicité (interdite).

1. Kliniek BeauCare ne fait pas de publicité via www.gezondheid.be

Selon cette partie, la plaignante donne à tort l’impression (consciemment ou pas) que via le site web ou la lettre d'information de www.gezondheid.be on pourrait cliquer vers le site de Kliniek BeauCare où on pourrait alors directement prendre un rendez-vous. Sur le site web ou dans les lettres d'information de gezondheid.be on ne peut pourtant nulle part cliquer vers une page de Kliniek BeauCare où on pourrait alors prendre un rendez-vous. La photo ‘avant-après’ très visible au milieu de la capture d’écran n’a également rien à voir avec Kliniek BeauCare.

Sur le site de www.gezondheid.be on doit faire une distinction claire entre les deux choses suivantes :

- d’une part, le site www.gezondheid.be contient des articles purement informatifs concernant entre autres les actes d’esthétique, comme par exemple un lifting. Dans le texte informatif sur ce lifting on peut alors parfois cliquer sur certains termes médicaux pour avoir plus d’informations à ce sujet. Sur la page de www.gezondheid.be relative à “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)” on peut ainsi par exemple cliquer sur les termes “een facelift’, “een minifacelift” et “Meer weten over facelift?”.
Quand on clique sur un de ces termes, un lien est alors fait avec le site de Kliniek BeauCare. On arrive alors directement sur une page internet informative de Kliniek BeauCare où on peut encore lire davantage sur ces interventions. Ceci est visuellement illustré par Kliniek BeauCare. En cliquant sur le mot en bleu clair “facelift” ou “minifacelift” dans l’article sur “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)” publié sur www.gezondheid.be, on arrive ainsi sur le site web de Kliniek BeauCare. Et on arrive aussi ainsi sur le site web de Kliniek BeauCare en cliquant sur la phrase “Meer weten over facelift?” en dessous de l’article sur “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)”.

L’information reçue sur le site web de Kliniek BeauCare quand on clique sur un de ces termes est de l’information objective sur ces interventions de (mini) lifting.
Ces liens sur le site www.gezondheid.be vers le site de Kliniek BeauCare ne concernent donc clairement pas de la publicité. Ces liens ont d’ailleurs simplement pour but de fournir de l’information sur ces interventions.

- d'autre part, Google (probablement en accord avec Gezondheid NV) place apparemment également des annonces ("adv" ou "pubs") sur les mêmes pages de www.gezondheid.be avec de la publicité pour (d'autres) interventions esthétiques, produits de santé, cliniques d'esthétique, médecins, etc. ; mais des messages publicitaires pour des choses ou des produits qui n'ont rien à voir avec le domaine de la chirurgie plastique y apparaissent tout aussi bien.
Cependant, la clinique BeauCare n'a absolument rien à voir avec ces annonces sur www.gezondheid.be. Ceci est aussi expliqué de manière visuelle par Kliniek BeauCare à l’aide d’une série d’exemples de messages publicitaires qui apparaissent sur www.gezondheid.be, dans, sous et à côté de l’article “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)”.
Au moment de la plainte et quand le JEP a fait des captures d’écran du site web www.gezondheid.be, il y avait par exemple apparemment une annonce ou “pub” pour la clinique d’un certain Dokter Wever où on pouvait alors en effet effectuer un rendez-vous. Cependant, Kliniek BeauCare n’a absolument rien à voir avec cette annonce pour Dokter Wever. Ce Dokter Wever ne travaille en tout cas pas chez Kliniek BeauCare. Apparemment, ce Dokter Wever est un médecin avec une propre clinique d’esthétique aux Pays-Bas, mais sans aucun lien ou aucun rapport avec Kliniek BeauCare. Par ailleurs, sur la même page web sur “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)” sur le site web de www.gezondheid.be, on trouve également encore de nombreuses autres annonces ou publicités. On n’arrive non plus d’aucune manière chez Kliniek BeauCare via ces annonces qui se trouvent dans, sous ou à côté des articles d’information sur le site web de www.gezondheid.be.
Kliniek BeauCare ne peut donc en aucun cas être tenue pour responsable du fait que Google place des messages publicitaires sur www.gezondheid.be avec la possibilité de cliquer dessus vers d'autres sites web que celui de Kliniek BeauCare (tel que le site de Dokter Wever par exemple où un rendez-vous peut être pris).

2. Les liens vers le site d’information de Kliniek BeauCare sont légalement autorisés

Via le site www.gezondheid.be, on peut en effet cliquer sur des termes tels que “facelift”, “minifacelift” et “Meer weten over facelift?” vers le site web de Kliniek BeauCare où on peut alors trouver de l’information simplement objective sur les interventions concernées.

Ceci n’est cependant aucunement contraire à la Loi du 23 mai 2013 réglementant les qualifications requises pour poser des actes de médecine esthétique non chirurgicale et de chirurgie esthétique et réglementant la publicité et l'information relative à ces actes.

Cette loi interdit en effet la publicité pour des actes de chirurgie esthétique ou de médecine esthétique non chirurgicale.
Cependant, « l'information professionnelle relative à ces actes » est expressément autorisée. L'information professionnelle est définie à l’article 2, 7° de la Loi du 23 mai 2013 comme : « toute forme de communication qui vise, directement et spécifiquement, quels que soient l'endroit, le support ou les techniques utilisés, à faire connaître un praticien ou à donner une information sur la nature de sa pratique professionnelle ».

La collaboration entre Kliniek BeauCare et Gezondheid NV ne consiste bien, selon cette partie, que dans le fait qu’en cliquant sur le site www.gezondheid.be, de l’information professionnelle sur Kliniek BeauCare est diffusée : le site même www.gezondheid.be est tout d’abord un pur site d’information ; de plus, ce site ne prévoit à son tour que la possibilité de cliquer via certains mots dans le texte (tels que “facelift”, “minifaceliff’ et “Meer weten over facelift?”) vers le site d’information de Kliniek BeauCare où on peut alors recevoir plus d’informations (professionnelles) sur les actes pratiqués dans la clinique BeauCare. Cette information sur le site de Kliniek BeauCare est en effet clairement de la simple information « qui vise, directement et spécifiquement à faire connaître un praticien ou à donner une information sur la nature de sa pratique professionnelle », à savoir de l’information professionnelle au sens de la Loi du 23 mai 2013.

En sus, l’information professionnelle sur le site de Kliniek BeauCare respecte bien les conditions reprises dans la Loi du 23 mai 2013 pour la diffusion de l’information professionnelle :  toute l'information mentionnée sur ce site est conforme à la réalité, objective, pertinente, vérifiable, discrète et claire. L’information n’est pas trompeuse ni comparative et n’utilise pas d'arguments financiers.

Le fait que le site web de Kliniek BeauCare contient simplement de l’information professionnelle objective et donc autorisée a d’ailleurs également déjà été confirmé (du moins indirectement) dans le passé par l’Ordre des Médecins et par l’AFMPS qui ont déjà, chacun de leur côté, contrôlé en détails le site web de Kliniek BeauCare et qui l’ont également accepté dans sa version actuelle. Il n’y a donc aucune raison pour qu’il en soit maintenant autrement. 

En travaillant avec Gezondheid NV, Kliniek BeauCare ne commet donc à aucun égard une infraction à la Loi du 23 mai 2013. La collaboration concerne simplement un renvoi à de l’information professionnelle sur le site web de Kliniek BeauCare, ce qui est expressément autorisé par la Loi du 23 mai 2013.

Questionnée quant à la relation commerciale précise avec Gezondheid NV, Kliniek BeauCare a enfin encore confirmé qu’une compensation a été payée pour placer des liens à partir des articles informatifs sur le site www.gezondheid.be vers les pages d’information de Kliniek BeauCare, qui permettent à un visiteur du site d’information www.gezondheid.be de recevoir ensuite plus d’informations sur le site de Kliniek BeauCare à propos des actes en question. Selon cette partie, cela ne peut cependant aucunement être considéré comme de la publicité. Le but est de fournir de l’information ; le but n’est pas de promouvoir la réalisation des interventions.

Réaction Gezondheid NV:

L’éditeur du média concerné a également fait la différence entre les deux cliniques d’esthétique citées.

1) En ce qui concerne Dr Wever, il ne comprend pas comment cette publicité a pu arriver sur son site web. Dr Wever n’est pas un annonceur que Gezondheid NV connait.
A côté de la publicité directement réservée chez Gezondheid NV, Gezondheid NV autorise les bannières. Des recherches ont confirmé que la publicité de Dr Wever est arrivée via Google AdSense. Conscient des risques, l’éditeur avait fait savoir à Google AdSense que plusieurs catégories de publicité ne sont pas autorisées. Sur la liste noire se trouvent par exemple les annonces pour la cartomancie, la pornographie, le sexe, les paris, les jeux de hasard, la loterie ainsi que d’autres.
La bannière pour Dr Wever n’est pas le résultat d’un choix réfléchi de Gezondheid NV mais a échappé aux mailles du filet.
Le média a cependant utilisé cette plainte avec reconnaissance pour donner des instructions encore plus explicites afin que ce genre d’annonce ne soit plus possible sur son site.2)

2) En ce qui concerne Kliniek BeauCare, la situation est cependant tout à fait différente selon cette partie.
Pour Kliniek BeauCare, il n’est pas question de publicité selon le média vu qu’il ne place pas d’annonce en tant que telle pour Kliniek BeauCare. Sous le contenu en lien avec les actes que peuvent poser les médecins de Kliniek BeauCare, ils prévoient bien une possibilité de cliquer qui permet au lecteur intéressé de visiter le site web de cette clinique et d’y trouver encore plus d’informations scientifiques responsables à propos de cet acte spécifique.
Le visiteur remarque immédiatement qu’il quitte le site de gezondheid.be et arrive sur celui de Kliniek BeauCare ; il y a donc une totale transparence.
Puisqu'aucun message de fond n'est communiqué, cela semble au média parfaitement comparable au résultat obtenu par quelqu’un qui souhaite plus d’informations, quitte son site web, utilise un moteur de recherche comme Google et y introduit un concept tel que “facelift”, et qui peut ensuite également arriver chez Kliniek BeauCare via les résultats de recherche. BeauCare paie une compensation pour cette possibilité de cliquer.
L’éditeur est donc d’avis que, tant que cette méthode est maintenue et qu’il n’y a rien de plus que l’ajout d’un lien vers le site web de Kliniek BeauCare, il n’y a pas d’infraction à la législation. A sa connaissance, le site web de Kliniek BeauCare est entièrement conforme à la loi et à la réglementation applicables et tout à fait légalement accessible pour le public.

Décision du Jury

Le Jury a examiné ce dossier compte tenu des arguments des parties concernées.

Le Jury a noté que la plaignante se réfère à une lettre d’information du site web gezondheid.be avec des liens vers une publication avec le titre “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)” sur le même site. Dans cette publication se trouvent trois liens vers le site web de Kliniek BeauCare. Sous ou entre les textes de la publication sur le site se trouvent également des bannières concernant la clinique Dr Wever.

Il a donc constaté que la plainte concerne différentes communications via le site gezondheid.be de la part de deux cliniques d’esthétique différentes – d’une part la clinique Dr Wever et d'autre part Kliniek BeauCare – et a donc traité la plainte relative à leurs communications respectives successivement ci-dessous. A cet égard, il a également demandé la réaction de l’éditeur du média concerné – Gezondheid NV.

En ce qui concerne les communications relatives à la clinique Dr Wever :

Le Jury a constaté la présence sur le site gezondheid.be, sous ou entre les textes de la publication sur le site avec le titre “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)”, de bannières relatives à la clinique de Dr Wever, avec une photo ‘avant-après’ du cou d’une femme, le logo de la clinique et respectivement les textes :
“Facelift – Internationale reputatie. Frequente spreker in het buitenland. Bekijk foto’s.”;
“Overweegt u een Facelift? Maak vrijblijvend een afspraak – kliniek drwever – Meer informatie”.

Suite à la réaction de la clinique Dr Wever, il a noté que cette bannière sur le site gezondheid.be est apparue à son insu via le fonctionnement de Google AdSense, et que celle-ci n’était pas au courant de sa présence éventuelle sur le site en question. Il a également noté que le média concerné a aussi confirmé que le placement de la bannière en question sur son site ne résulte pas d’un choix conscient.

Le Jury est d'avis qu’il s’agit ici clairement de publicité au sens de l’article 2, 6° de la Loi du 23 mai 2013 réglementant les qualifications requises pour poser des actes de médecine esthétique non chirurgicale et de chirurgie esthétique et réglementant la publicité et l'information relative à ces actes, qui définit le concept « publicité » comme « toute forme de communication ou action à destination du public qui vise, directement ou indirectement, à promouvoir la prestation des actes visés (…), quels que soient l'endroit, le support ou les techniques utilisés, en ce compris les émissions de télé-réalité ».

Le Jury a dès lors estimé qu’il s’agit ici de publicité interdite au sens de l’article 20/1 de la loi susmentionnée, qui stipule ce qui suit : « Il est interdit à toute personne physique ou morale de diffuser de la publicité relative aux actes visés (…) ».

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a dès lors demandé à la clinique Dr Wever de ne plus diffuser la publicité en question.

A cet égard, il a noté que la clinique Dr Wever et le média concerné ont déjà indiqué dans leur réaction qu’ils avaient effectué les démarches nécessaires afin que ce problème ne se produise plus.

En ce qui concerne les communications relatives à Kliniek BeauCare :

Le Jury s’est ensuite penché sur la manière dont la publication avec le titre “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)” sur le site gezondheid.be effectue des liens vers le site web de Kliniek BeauCare.

Il a notamment constaté qu’à trois endroits dans le texte, il y a des hyperliens vers des pages du site web de Kliniek BeauCare.

Suite à la réaction de Kliniek BeauCare, il a entre autres noté que celle-ci soutient qu’il s’agit ici simplement d’information professionnelle légale autorisée au sens de l‘article 2, 7° de la loi susmentionnée du 23 mai 2013, qui définit ce concept comme « toute forme de communication qui vise, directement et spécifiquement, quels que soient l'endroit, le support ou les techniques utilisés, à faire connaître un praticien ou à donner une information sur la nature de sa pratique professionnelle ».

Il a cependant également noté que Kliniek BeauCare et le média concerné ont confirmé que Kliniek BeauCare paie une compensation au média en question pour placer ces liens et créer la possibilité de cliquer vers le site web de la clinique d’esthétique en question.

Bien que le Jury ne doute pas que l’information sur le site web de Kliniek BeauCare vers lequel on clique peut concerner vue en tant que telle de l'information professionnelle autorisée au sens mentionné ci-dessus, il a souligné qu’en l’espèce il doit se prononcer sur la manière spécifique dont on attire ici l’attention du public sur cette information.

Le Jury est d'avis que, en payant pour créer la possibilité de cliquer d’une autre plateforme vers son propre site web, Kliniek BeauCare fait bien une communication qui vise le public et qui a indirectement pour but de faire la promotion des interventions qu’elle propose et que le simple fait que les pages spécifiques vers lesquelles et à partir desquelles on clique soient de nature informative n'est ici pas de nature à y changer quelque chose.

Le Jury a dès lors estimé qu’il s’agit ici également de publicité interdite au sens de l‘article 20/1 de la loi susmentionnée.

Pour autant que nécessaire, le Jury a également estimé que cette publicité interdite n'est pas suffisamment identifiable en tant que communication commerciale venant de Kliniek BeauCare et est donc également contraire aux articles 9 et 10 du Code de la Chambre de Commerce Internationale (Code ICC), qui stipulent entre autres que « la communication commerciale doit pouvoir être nettement distinguée en tant que telle, quels que soient la forme et le support utilisés » et que, « lorsqu’une publicité est diffusée dans des médias qui comportent également des informations ou des articles rédactionnels, elle doit être présentée de telle sorte que son caractère publicitaire apparaisse instantanément » et que « l’identité de l’annonceur doit être apparente ».

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury a dès lors demandé à Kliniek BeauCare et au média Gezondheid NV de ne plus diffuser la publicité en question.

Gezondheid NV a interjeté appel contre la décision du Jury de première instance en ce qui concerne la partie relative aux communications de Kliniek BeauCare et Kliniek BeauCare a communiqué en attendre le résultat.

Appel

Position média en appel

Le média a communiqué que gezondheid.be est un média de contenu qui propose au grand public un site web avec de l’information gratuite relative à la santé.

La requête d’appel est dirigée contre la deuxième partie de la décision, qui concerne les hyperliens permettant de cliquer vers le site web de Kliniek BeauCare. Le JEP a estimé en première instance que cette possibilité de cliquer n’est pas légale car elle serait en infraction avec la Loi du 23 mai 2013 réglementant les qualifications requises pour poser des actes de médecine esthétique non chirurgicale et de chirurgie esthétique et réglementant la publicité et l'information relative à ces actes. Cela implique que de tels hyperliens ne seraient plus possibles.

Gezondheid NV veut quand même placer cette affaire dans le juste contexte, et donc un contexte plus large. Selon le média concerné, on ne peut en effet pas donner une portée tellement large à l’interdiction de publicité qu’elle dépasse la frontière avec l’information professionnelle et que ce qui est de l’information professionnelle soit atteint par l’interdiction mentionnée alors que le législateur y a explicitement prévu une exception. La question est alors où se trouve la frontière entre publicité et information professionnelle.

Il y a de très nombreux acteurs sur le marché des actes d’esthétique, qui disposent (presque) tous d’un site web et indiquent sur ce site quels actes ils proposent. Pour pouvoir offrir un site web au grand public, ils doivent avoir un nom de domaine, le faire développer et le faire héberger. Avoir ce site web et en organiser la présence sur internet est tout à fait légal ; ceci est considéré comme de l’information professionnelle.

De très nombreux prestataires d’actes de médecine esthétique et de chirurgie esthétique ne se limitent pas à cela et font aussi placer des panneaux de signalisation figuratifs dans le monde digital. Ces acteurs font appel à différents moyens pour attirer l’attention du public sur leur site web (plus que sur celui de leurs collègues) et paient également pour ceci.
On les retrouve ainsi dans les Pages d’Or, non seulement avec les mentions de base gratuites mais aussi avec de plus amples informations, comme une image du site web et une possibilité de cliquer vers ce site. Ils paient pour cela vu que c’est le modèle d’affaire des Pages d’Or. Celui qui cherche via Google trouve également des liens clairement sponsorisés avec les résultats. Les deux renvoient donc aux sites web concernés, et il ne fait pas de doute selon le média en question que ceci est encore toujours considéré comme de l’information professionnelle légale vu la grande échelle à laquelle ça se passe.

Selon le média concerné, cela doit dès lors également être possible de placer des panneaux de signalisation vers de l‘information professionnelle sur un site web sur gezondheid.be où les gens surfent aussi pour trouver de l’information. Vu qu'on paie aussi pour tous les autres canaux de communication, le fait qu’il demande une compensation pour l’offre d’hyperliens ne peut faire aucune différence.  

Le média a enfin encore ajouté que l’hyperlien qui figurait sur la page web visée par la plaignante est en soi peut-être trop discret dans le sens où il ne ressort pas (avant de cliquer) qu'il s'agit de Kliniek BeauCare. Ceci pourrait cependant être modifié, en reprenant par exemple l’hyperlien dans un bloc de texte neutre avec par exemple comme texte “Praktijkinformatie Kliniek BeauCare”.

Décision Jury d’appel

Le Jury d'appel a pris connaissance de la communication en question relative à Kliniek BeauCare sur le site web de Gezondheid NV et de tous les éléments et points de vue communiqués dans ce dossier.

Il a notamment noté que la partie de la décision de première instance contre laquelle le média concerné a interjeté appel concerne la manière dont la publication avec comme titre “Facelift (halslift en wenkbrauwlift)” sur le site gezondheid.be édité par ce média renvoie à l’aide d’hyperliens à des pages du site web de Kliniek BeauCare qui concernent ces actes.

Il a également noté que selon le Jury de première instance, placer ces liens dans le contenu rédactionnel en question constitue de la publicité interdite au sens de l’article 20/1 j° 2, 6° de la Loi du 23 mai 2013 réglementant les qualifications requises pour poser des actes de médecine esthétique non chirurgicale et de chirurgie esthétique et réglementant la publicité et l'information relative à ces actes. À son avis, la création de cette possibilité de cliquer à partir d'une autre plateforme vers le site propre de la clinique esthétique constitue en effet bien en l'espèce une communication à destination du public dans le but indirect de promouvoir les interventions qui y sont proposées. Le simple fait que les pages spécifiques vers lesquelles et à partir desquelles on clique soient de nature informative n'est ici pas de nature à y changer quelque chose.

Le Jury d'appel confirme que cette conclusion s’impose sur la base des différents éléments de ce dossier.

Outre les éléments de fond déjà retenus par le Jury de première instance pour parvenir à cette conclusion, le Jury d'appel tient à souligner en particulier que les liens en question sont repris et font partie intégrante du contenu éditorial à caractère objectif, même scientifique, vers lequel une lettre d'information plus large du site web en question fait de plus un lien.

De plus, le Jury d’appel attire l’attention sur le fait que, en l’espèce, des lecteurs qui ne sont pas à la recherche d’information sur ou de la part des cliniques d’esthétique sont également confrontés sans le demander à une telle information et que de plus, seule une clinique d’esthétique spécifique est mise en avant à l’égard de ces lecteurs, ce qui distingue en tout cas la méthode de travail en cause des cas de moteur de recherche et de répertoire professionnel auxquels le média concerné fait référence dans sa requête.

Ainsi, il est également d'avis que faire des liens sélectifs vers une clinique d’esthétique spécifique dans une telle publication constitue en quelque sorte une recommandation pour Kliniek BeauCare en l'occurrence, ce qui contribue encore au caractère indirectement promotionnel de la méthode de travail en cause.

Le Jury a dès lors estimé qu‘il s’agit bien ici de publicité pour Kliniek BeauCare, interdite au sens de l'article 20/1 de la loi mentionnée et pas simplement d’information professionnelle autorisée par cette loi.

Pour autant que nécessaire, le Jury a également estimé que cette publicité interdite n'est pas suffisamment identifiable en tant que communication commerciale venant de Kliniek BeauCare et est donc également contraire aux articles 9 et 10 du Code de la Chambre de Commerce Internationale (Code ICC), qui stipulent entre autres que « la communication commerciale doit pouvoir être nettement distinguée en tant que telle, quels que soient la forme et le support utilisés » et que, « lorsqu’une publicité est diffusée dans des médias qui comportent également des informations ou des articles rédactionnels, elle doit être présentée de telle sorte que son caractère publicitaire apparaisse instantanément » et que « l’identité de l’annonceur doit être apparente ».

Le Jury d'appel déclare dès lors l’appel non fondé et confirme la décision du Jury de première instance.

Compte tenu de ce qui précède et sur la base des dispositions susmentionnées, le Jury d’appel a dès lors demandé au média concerné de ne plus diffuser cette publicité pour Kliniek BeauCare.

La décision du Jury d'appel est définitive.

Suite

Le média concerné a confirmé qu’il respectera la décision du Jury.