KBC - 29/09/2020

Annonceur: 
KBC
Produit/Service: 
KBC Mobile Goal Alert
Média: 
Radio
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Finance et assurances
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Mardi, 29 septembre 2020
Description de la publicité

Le spot radio se déroule ainsi :
Homme : “De geboorte van mijn zoon, dat zal ik nooit vergeten. 1-0 tegen Beerschot, Patje Goots. Allez ja, heb ik dan achteraf gehoord.”
VO : “Een goal missen dat blijft hangen. Daarom lanceert KBC nu Goal Alert. De strafste beelden uit de Jupiler Pro League gebracht door Eleven Sports rechtstreeks in KBC Mobile. Tot 30 november gratis ook als je geen KBC-klant bent. Download nu KBC Mobile.”

Motivation de la plainte

La plaignante trouve le spot radio totalement irrespectueux envers les femmes enceintes et les nouveau-nés. Le cliché du père absent est utilisé à une époque où il devrait y avoir neutralité de genre et répartition équilibrée des rôles. Selon elle, la blague visée n'est plus acceptable aujourd'hui car elle est misogyne et trop stéréotypée.

Position de l'annonceur

L'annonceur a communiqué que dans le spot radio, un père raconte le jour de la naissance de son fils. Le père, passionné de football, associe ce jour inoubliable de la naissance de son fils à un moment inoubliable du football. Le père était clairement présent à la naissance. Il a en effet raté le but et ne l'a vu que plus tard.
Selon lui, le spot radio n'est pas irrespectueux envers les enfants ou les femmes. Au contraire, le père a clairement choisi d'être présent.

Décision du Jury

Le Jury a pris connaissance du spot radio en question et de la plainte qui le concerne.

Il a constaté que le spot présente un homme qui raconte comment il a raté un but lors d'un match de football le jour de la naissance de son fils.

Il a également pris note de la réponse de l'annonceur qui mentionne entre autres que le père était clairement présent à la naissance et c'est pourquoi il a raté le but et ne l'a vu que plus tard.

Le Jury est d'avis que cela ressort suffisamment clairement du spot et que celui-ci n'est en particulier pas de nature à être perçu par le consommateur moyen comme la mise en avant par l'annonceur d'un père absent comme modèle.

Il est également d'avis que le consommateur moyen n'interprétera pas la publicité concernée comme misogyne ou comme une atteinte à la dignité humaine des femmes.

Compte tenu de ce qui précède, le Jury a estimé que cette publicité n'est pas de nature à dénigrer ou à discriminer une certaine catégorie de personnes et qu'elle ne contribue pas non plus à perpétuer des stéréotypes allant à l’encontre de l'évolution de la société.

Le Jury a dès lors estimé que le spot en question n'est pas contraire aux Règles du JEP relatives à la représentation de la personne et ne témoigne pas non plus d'un manque de juste sens de la responsabilité sociale de la part de l'annonceur sur ces points.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.