K-MOBILE (F) - 18/05/2004

Annonceur: 
K-MOBILE (F)
Produit/Service: 
Logos et sonneries
Média: 
Magazine
Critères d'examen: 
Décence et bon goût
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Informatique et télécommunication
Type de décision: 
Décision de modification ou d’arrêt
Date de clôture: 
Mardi, 18 mai 2004
Description de la publicité

Une annonce présente plusieurs logos, fonds d'écrans et sonneries à commander par téléphone ou par SMS. Sous le titre :« Logos Sexy » se trouvent des logos qui sont partiellement couverts par une croix blanche sur fond de couleur, mais on peut encore voir qu'il s'agit de femmes/hommes nus dans des positions provocantes. Sous le titre :« Chaque jour une nouvelle position HOT sur ton GSM » apparaissent des images d'un couple faisant l'amour avec la possibilité de commander « des positions soft » ou « des positions hard ».

Motivation de la plainte

Cette publicité montre des logos indécents, ce qui est déplacé vu que cela peut tomber entre des mains de très jeunes.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fait valoir qu'il diffuse sa publicité en conformité avec les règles déontologiques communes aux opérateurs de téléphonie mobile. Afin de ne pas choquer, certains logos sont masqués et la sélection des images se référant à des positions soft/hard est faite en fonction du magazine de diffusion.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que certaines illustrations semblables ou identiques sont parfois masquées, parfois pas. Lorsqu'elles le sont, l'objet de la publicité n'est plus clairement apparent quant à ce qui est mis en vente. Par ailleurs, des illustrations non masquées sont utilisées dans une annonce qui par son style s'adresse à un public jeune dans une magazine à large diffusion familiale. Il a estimé devoir formuler un avis de réserve conformément à l'art. 4 de son règlement. Le Jury a également attiré l'attention de l'annonceur sur ses responsabilités en matière de diffusion de publicité contenant des images pornographiques ou contraires aux bonnes mœurs (loi pénale et code déontologique applicable).

Suite

L'annonceur a fait valoir qu'il tenait compte de ces règles et, en accord avec les media, ne diffusait pas de publicités pornographiques ou contraires aux bonnes mœurs, les images étant, le cas échéant, masquées. Il a communiqué l'annonce dans laquelle les positions soft ou hard ont été supprimées.