JOBFIXERS - 24/08/2018

Annonceur: 
JOBFIXERS
Produit/Service: 
Intérim
Média: 
Internet
Critères d'examen: 
Responsabilité sociale
Représentation de la personne/dignité humaine
Initiative: 
Consommateur
Catégorie: 
Emploi
Type de décision: 
Pas de remarque
Date de clôture: 
Vendredi, 24 août 2018
Description de la publicité

Le visuel montre une paire de chaussures rouges à hauts talons aiguilles posées sur une cheminée à côté d’un flacon de parfum. En dessous, le texte « Give a girl the right shoes, and she can conquer the world » et le logo de l’annonceur.

Motivation de la plainte

L'annonceur a fortement nié l'accusation dans la plainte. Celle-ci l’a choqué, d'autant plus que 93% de l'effectif de son entreprise est composé de femmes. Il ignore totalement tout lien de causalité entre l'image en question et toute discrimination dans la recherche d'un emploi.

Position de l'annonceur

L'annonceur a fortement nié l'accusation dans la plainte. Celle-ci l’a choqué, d'autant plus que 93% de l'effectif de son entreprise est composé de femmes. Il ignore totalement tout lien de causalité entre l'image en question et toute discrimination dans la recherche d'un emploi.

Décision du Jury

Le Jury a constaté que la plainte concerne un message sur LinkedIn où l’annonceur a repris un visuel qui avait été diffusé lors d’une campagne en ligne et qui montre une paire de chaussures rouges à hauts talons posées sur une cheminée avec en dessous le texte « Give a girl the right shoes, and she can conquer the world ».

Le Jury est d’avis que le visuel ne présente pas la femme de manière négative ni ne la limite à une paire de chaussures à hauts talons et qu’il ne remet pas ses compétences professionnelles en question.

Il est également d’avis que la publicité en question n’est pas de nature à perpétuer des préjugés ou stéréotypes allant à l’encontre de l’évolution de la société ou à porter atteinte à la dignité de la femme.

Compte tenu de ce qui précède, il a dès lors estimé que la publicité n’est pas de nature à discriminer les femmes et n’est pas contraire aux Règles du JEP en matière de représentation de la personne.

A défaut d’infraction aux dispositions légales et autodisciplinaires, le Jury a estimé n'avoir pas de remarques à formuler sur ces points. 

Suite

A défaut d’appel, ce dossier a été clôturé.